À la uneActualitéPolitique

Présidentielle 2022 : demandez le programme de Yannick Jadot (EELV)

Vainqueur de la primaire écologiste en septembre 2021, Yannick Jadot, candidat du parti Europe Ecologie Les Verts (EELV) est à 5,5 % d’intentions de vote selon un sondage de l’IFOP (18 janvier 2022). A quelques mois de l’élection présidentielle, nous sommes en droit de nous demander quel est le programme de l’écologiste ? VL fait le point.

Argent publique et entreprises 

Dans un entretient accordé à Reporterre en septembre 2021, Yannick Jadot a annoncé vouloir ne plus accorder un seul euro d’argent publique aux entreprises ayant un lien avec les énergies fossiles. Cet argent publique, devra d’ailleurs être « vertueux pour le climat, la biodiversité, la justice sociale et l’égalité femme-homme »

Sortie du nucléaire 

Si le candidat souhaite combattre les énergies fossiles et les entreprises liées à celles-ci, il veut également sortir la France du nucléaire. Si l’hexagone est l’un des bons élèves de l’Union Européenne au sujet des émissions de gaz à effet de serre par habitant, cela s’explique par la grande utilisation de l’énergie nucléaire. Au total, 56 réacteurs sont présents sur le territoire français. Il souhaite ne plus utiliser cette énergie d’ici vingt ans, grâce à un « déploiement tout autant massif des énergies renouvelables, et favoriser les communautés énergétiques locales »

Véhicules thermiques 

Yannick Jadot souhaite l’interdiction de vente de véhicules dits « thermiques », c’est à dire les véhicules fonctionnant à base de carburant, qu’il s’agisse de gasoil ou d’essence, d’ici 2030. Il souhaite d’ailleurs privilégier les transports en commun et souhaite que les entreprises prennent en charge ces coûts pour les salariés : « Pour favoriser les mobilités douces, nous sommes favorables à une prise en charge obligatoire du forfait mobilité par les entreprises, pour les vélos ou les transports collectifs. »

Plan d’investissement de 50 milliards d’euros et ISF climatique 

Le candidats d’EELV souhaite également investir la somme de 50 milliards d’euros chaque année afin de relancer l’économie de manière écologique : «Je porte également un grand plan d’investissement de 50 milliards d’euros par an pour reconstruire l’économie, accélérer la rénovation des logements, déployer les énergies renouvelables et tout ce qui relève des mobilités collectives et décarbonées ». De plus, après que l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) ait été supprimé par le gouvernement d’Emmanuel Macron, Yannick Jadot souhait le rétablir de manière « beaucoup plus efficace », avec une notion écologiste.

Alimentation 

L’économie est l’un des grands secteurs de l’économie qui contribue aux émissions de carbone, en France et dans le monde, et Yannick Jadot souhaite apporter des mesures pour limiter celles-ci. Premièrement, grâce à la fin de l’importation de certains produits : « nous stopperons les importations de soja et de bœuf provenant d’Amérique latine, ou encore d’huile de palme venant d’Asie du Sud-Est et d’Afrique centrale ». Le candidat veut également mettre en place un ministère de l’Alimentation, de la Santé et de l’Environnement, permettant ainsi « d’extirper les lobbies des décisions publiques essentielles, qui relèvent de l’intérêt général ». Cet argument fait suite à sa volonté de « sortir de l’élevage industriel et réduire drastiquement nos consommations de viande, lait et poisson ».

Égalité des sexes, immigration et forces de l’ordre 

Le candidat souhaite également s’attaquer aux inégalités hommes-femmes, sujet d’importance capitale puisque nombreuses sont les problématiques qui peuvent être soulevées. Yannick Jadot évoque dans son entretient les viols, violences conjugales mais aussi les inégalités salariales. Pour rappel, 94 000 femmes ont subies un viol ou une tentative de viol en France (en 2019), 113 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, quant à l’inégalité salariale, l’écart était de 16,5% en 2019 selon une enquête d’Eurostat.

Le candidat est également revenu sur la question des migrants. Il souhaite « revenir sur le règlement Dublin III » et a critiqué l’abandon des migrants en Méditerranée : « Cette politique a déjà fait cette année 1 000 morts en Méditerranée, et près de 20 000 depuis 2014. Elle est inhumaine et inefficace. »

Au sujet des violences policières, le candidat souhaite rompre avec la politique qui a été mise en place par le quinquennat d’Emmanuel Macron. Il est donc revenu sur les violences exercées, notamment lors des manifestations, sur les contrôles au faciès, des contrôles quant au cannabis (qu’il souhaite légaliser), mais aussi sur l’importance d’écoute des victimes de violences « faites aux femmes et aux enfants ». Il veut changer l’image de la police, pour qu’elle ne soit plus mal perçue : « Nous devons réformer la police — recrutement, missions, effectif, équipements, stratégie — pour qu’elle ne fasse plus peur à un certain nombre de concitoyens ». Ceci doit donc passer par un devoir d’exemplarité : « La police doit être exemplaire vis-à-vis des citoyens, mais nous devons aussi l’être vis-à-vis d’elle »

A lire aussi : Comment on fabrique les sondages pour la Présidentielle ?

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéVoyages

Destination de rêve : Four Seasons Hotel Megève

À la uneCulturePop & Geek

Tu te souviens … de la Game Boy ?

ActualitéFemmesInternationalReportages

6 femmes qui ont marqué le photojournalisme

À la uneFrancePolitique

Qui est Pap Ndiaye, le nouveau ministre de l'Éducation nationale ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux