À la uneActualitéFranceRégionsReportagesSociétésociété

Radars fixes : le vandalisme en réaction à la limitation de 80 km/h

Le mois de juillet 2018 signe un vandalisme récurrent à l’encontre des radars fixes. Les automobilistes se plaignent de la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.

©Sébastien BOZON/AFP

Cet été, les vandales ont redoublé d’efforts et trouvé de nouvelles façons de dégrader les radars fixes. Tagués, empaquetés dans des sachets poubelles, cibles de tirs par balles, les techniques sont nombreuses pour se rebeller contre le contrôle de la vitesse sur les routes. Depuis la mise en place officielle des radars fixes en 2003, le vandalisme à l’égard des boîtiers-caméras est récurrent. Depuis janvier 2018, 400 radars ont été vendalisés : c’est quatre fois plus qu’en 2017. Le mois de juillet, à lui tout seul, a vu doublé le nombre de radars endommagés. Alors, simple hasard ou réponse à la nouvelle limite des 80 km/h ?

Le 1er juillet, la décision du gouvernement de diminuer de 10 km/h la limite de vitesse sur les routes secondaires a fâché plus d’un conducteur. Interrogé sur RMC, Pierre Chasseray, de l’association 40 millions d’automobilistes déclare que le radar est devenu le « symbole objectif de la taxe » et porte le ras-le-bol des automobilistes à l’antenne.

L’installation de caméras de surveillance pour veiller sur… les caméras de surveillance

INFOGRAPHIE : C. TECHIE

Dans certaines régions françaises, BFMTVrévèle que la dégradation des radars fixes est telle que les forces de l’ordre envisagent l’installation de caméras de surveillance. Pour les auteurs de ces actes de vandalisme, il ne vaut mieux pas être pris la main dans le sac. Pour dégradation volontaire d’un radar, l’amende s’élève à 45.000 € et 3 ans d’emprisonnement. Si les auteurs sont un groupe organisé, il faudra ajouter 30.000 € d’amende et un total de 5 ans d’emprisonnement. Alors mieux vaut choisir de lever le pied et respecter les panneaux de circulation car l’addition est salée !

Une route en Haute-Loire, entre le Puy-en-Velay et Brioude est particulièrement touchée par ces agissements. Vert, bleu, orange, les quatre radars fixes adoptent désormais des couleurs beaucoup plus criardes. Jean-Pierre Rabasté, le commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Loire, n’exclut pas la possibilité d’une réaction face à la diminution de la vitesse sur les routes départementales : « Il y a peut-être un phénomène de contestation des 80 km/h par certains qui avaient peut-être pris l’habitude de rouler un peu vite. On a quand même depuis le début de l’année 35 dégradations de radars, 33 avec des inscriptions. Et une forte accélération depuis début juillet. »

A lire aussi : Baisse des accidents mortels (-5,5%) sur les routes en juillet

About author

Etudiante en bicursus Droit et Histoire - Sorbonne et Assas
Related posts
À la uneE-SportSport

La nouvelle passion de Gael Monfils

À la uneInsoliteWorld

La question du jour : pourquoi et comment la Lune tourne autour la Terre ?

À la uneBeautéInsolite

Les corps des célébrités les plus chers

À la uneSéries Tv

Les mystères des majorettes : la révélation Lucia Passaniti

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux