À la uneActualitéSociété

« Revenge porn » : La photo qui détruit une vie

Quoi de mieux pour accentuer le désir charnel qu’une photo ou une vidéo de soi dans le plus simple appareil ? Une pratique plus que rependue au XXIème siècle. Pourtant, cela peut vite virer au cauchemar ! De là, en découle un nouveau phénomène inquiétant : « Le revenge porn ».

Le « revenge porn » consiste en la diffusion de photos ou vidéos (à caractère sexuel) sans le consentement de la ou des personne(s) concernée(s). Cette diffusion se fait majoritairement par le biais d’internet. Si ce phénomène prend de l’ampleur, c’est qu’il est facile aujourd’hui d’envoyer des photos ou vidéos, à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit. La démocratisation du smartphone y est pour quelque chose. Selon la Statista Research Department, 72,7 % des français sont en possession d’un smartphone en 2018. C’est 55% de plus qu’en 2011.

Source : Statista Research Department 2018
Taux de français équipés de smartphone

Cette augmentation va permettre aux réseaux sociaux d’atteindre leur apogée. De nos jours, il en existe à toutes les sauces. Selon le même organisme de statistique, 44,1% des français sont sur au moins un réseau social. Tous ces chiffres sont vecteurs de la propagation d’un des nouveaux problèmes du XXIème siècle : « Le revenge porn ». Pourquoi ? Parce qu’il est beaucoup plus facile de partager aux yeux de tous n’importe quel type de contenu.

Quand est-ce que la pornographie est arrivé dans notre poche ?

Tout a commencé avec la mode du selfie. Pour les plus troglodytes d’entre vous, un selfie est un autoportrait numérique majoritairement pris par un téléphone portable. Cette mode est le précurseur d’une nouvelle catégorie de photo, dérivée du selfie : Les « nudes ».

Un « nude » est un anglicisme désignant une photo d’une personne dénudée à des fins érotiques. C’est souvent « la suite logique » du « sexto » . Les « nudes » sont dans la majorité des cas envoyé entre deux personnes consentantes dans le but de créer l’excitation. En couple ou à son « crush » , il est aujourd’hui récurent d’en envoyer ou d’en recevoir. Malheureusement, cette pratique n’est pas sans risques.

La confiance comme « maître mot »

Avoir confiance en la personne destinataire de son « nude » est quelque chose de primordial ! Même si de nos jours, recevoir une « photo osée » ne relève plus du miracle, il faut faire attention ! En cas de rupture amoureuse, évitez de finir en mauvais termes, surtout si la personne est rancunière. On ne choisit pas toujours hélas. Le « revenge porn » vient de ces gens peu scrupuleux qui n’hésitent pas à détruire une vie en diffusant des dossiers compromettants. Un acte synonyme de vengeance pour la plupart d’où l’appellation « revenge porn ». Après avoir subit ce nouveau phénomène, c’est tout un univers qui se retrouve sens dessus dessous. Que ça soit dans le monde professionnel ou dans sa vie privée, une petite photo et tout peut basculer. En très grande majorité, c’est la gente féminine qui est la plus touchée, mais pas que !

Certains « youtubers » francophones comme « LE ROI DES RATS » se sont penchés sur le sujet. Voici le témoignage de deux victimes du « revenge porn » .

Pour en revenir à l’actualité, c’est ce qui est arrivé à Benjamin Griveaux jeudi 13 février. Le candidat de LREM a été victime d’un « revenge porn », ce qui l’a poussé à annuler sa candidature pour les élections municipales.

Une « mode » qui « ne date pas d’hier »

Il fût une époque, surtout avec les débuts d’internet, le « revenge porn » concernait surtout les personnes médiatisées. Rihanna, Paris Hilton, Emma Watson, Pamela Anderson, Jennifer Lawrence, Laure Manaudou…. Énormément de célébrités ont été touché, surtout dans le but de gagner de l’agent. Devenu plus qu’une vengeance, un véritable marché « de la photo volée ». C’était des clichés qui raffolaient les internautes de l’époque, et c’est encore le cas aujourd’hui. Une sorte d’intrusion « interdite » dans la vie privée de quelqu’un dont les secrets étaient jusqu’alors bien cachés.

Ceci constitue une preuve supplémentaire quant aux faits que ce phénomène du « revenge porn » n’arrive pas « qu’aux autres ». Cela arrive de plus en plus souvent dans la vie de « monsieur tout le monde », cela reste bien évidemment une pratique interdite par la loi. Cette pratique a été statuée en France. La personne qui porte atteinte à la vie personnelle d’autrui en diffusant un contenu érotico-pornographique est passible de 2 ans d’emprisonnement ainsi qu’une amende s’élevant jusqu’à 60 000 euros.

Si vous êtes victime de « revenge porn », n’hésitez pas à en parler autour de vous. Ne laissez pas une personne mal attentionnée vous détruire « à petit feu ». Des recours pénaux existent afin que justice soit rendue.

Related posts
À la uneCinémaCulture

L'Académie des César adopte "la parité intégrale" au sein de ses instances dirigeantes

À la uneFaits Divers

5 éléments pour comprendre...l'affaire Laëtitia Perrais

À la uneBrèvesSéries Tv

Naya Rivera de Glee portée disparue en Californie

À la uneActualitéInternational

46 pays soutiennent l’initiative chinoise contre les Ouïgours

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux