Après son discours charismatique aux Golden Globes Awards, Oprah Winfrey s’est vue encouragée par beaucoup d’Américains de se présenter à la prochaine présidentielle. Au cas où Donald Trump voudrait se représenter, on assisterait à duel d’animateurs de télévision. Et en France ? Qu’en est-il des animateurs télé pressentis pour accéder aux plus hautes fonctions de l’Etat ? Tour d’horizon.

Jacques-Yves Cousteau

Le réalisateur du film « Le monde du silence », récompensé d’une palme d’or, aurait bien pu succéder à Georges Pompidou en 1981. Le marin au fameux bonnet rouge, 20 fois désigné personnalité des Français, a finalement dû y renoncer. Après avoir reçu 25.000 lettres le poussant à se présenter, il refuse de suivre l’engouement du public pour se consacrer à ses luttes à une échelle globale. Il le dit lui-même : «  mes interlocuteurs ne sont pas les gouvernements, ce sont les organisations intergouvernementales ».

Noël Mamère

L’animateur du magazine télévisé « C’est la vie », sur Antenne 2 de 1977 à 1992 a , lui, porté sa candidature devant les Français. Présent à la primaire présidentielle des Verts en 2001, il perd au second tour face à Alain Lipietz. Mais Noël Mamère sera finalement préféré à Lipietz, écarté après avoir déclenché une polémique sur l’amnistie des nationalistes corses, pour porter les couleurs du mouvement. L’écologiste obtiendra alors 5,24% des suffrages à l’élection présidentielle de 2002.

Nicolas Hulot

En 2007, c’est une autre star de l’écran qui est pressenti pour être candidat à l’élection présidentielle. Nicolas Hulot, présentateur d’Ushuaïa Nature de 1998 à 2012, n’a jamais caché ses opinions politiques. Désireux d’imposer l’écologie dans les débats, il fait signer un Pacte écologique de propositions concrètes  à 5 candidats. Finalement, le 22 janvier 2007, il déclare qu’il ne sera pas candidat. L’animateur fait  « confiance aux candidats à l’élection quant à leur engagement vis-à-vis du Pacte écologique ». Candidat à l’élection présidentielle en 2011, il perd finalement au second tour de la primaire écologiste face à Eva Joly et ne pourra se présenter au suffrage national. Un temps pressenti pour être candidat à l’élection présidentielle de 2017, il ne se présente pas. Il deviendra par la suite Ministre de l’écologie dans le gouvernement d’Edouard Philippe.

À lire aussi : Vladimir Poutine sera candidat à la présidentielle de 2018