À la uneActualitéMédias

Tout compte fait : la campagne mise à l’honneur

Dans ces 2 reportages, l’émission de France 2 présentée par Julian Bugier s’intéresse aux bienfaits d’un mode de vie plus local. Des poulaillers maisons jusqu’au dépaysement total du grand départ de la ville, éclairage sur une tendance qui se généralise : l’exode urbain.

Pouvoir d’achat, qualité de vie : faut-il partir loin de la ville?

Alors que la tendance est à l’exode rural, Tout compte fait part à la découverte d’une tendance inversée : celle du grand départ à la campagne. Un reportage au cœur de cette nouvelle tendance, qui dévoile les coulisses d’un choix en plein essor, et paradoxalement, à contre courant. 

   TCF part à la rencontre d’un jeune couple parisien, qui a franchi le pas : après plusieurs années de vie citadine, Sarah et Christophe font voile vers la campagne. Un choix en apparence radical, mais loin d’être isolé. 
Accélérée par le confinement lié au coronavirus, cette nouvelle impulsion est massive. Le reportage suit l’odyssée de ce couple qui change de vie, passant d’un appartement exigu en région parisienne à une grande maison dans la campagne bordelaise. Une nouvelle vie pour ces citadins de toujours. 
Mais en apparence suffisant pour acter un tel choix, l’argument de la qualité de vie n’est pas le seul à faire pencher la balance. TCF dévoile aussi les dessous financiers de cette nouvelle tendance, du prix des logements au simple coût des courses quotidiennes. Le changement, là-aussi, est colossal. 
L’explosion du phénomène « télétravail », loin d’être anodin, est lui aussi passé au crible. Une nouvelle façon d’exercer son emploi qui favorise le départ de certains ménages à la campagne. Avec le témoignage de Sarah, qui en a pleinement profité, l’émission permet de comprendre les bouleversements que peuvent apporter cette nouvelle méthode.
L’émission va jusqu’à détailler les conditions de la réussite d’un tel départ : quelle région adopter, pour quelle raison opter et comment trouver un travail dans des secteurs moins dynamiques ? Autant de questions auxquels l’émission présenté par Julian Bugier tente d’apporter certaines réponses, notamment en présentant une entreprise… qui s’occupe de tout. 
Un phénomène qui profite donc aux ménages, mais aussi à certaines régions trop enclavées, qui profitent de cette population nouvelle pour lutter contre la désertification économique.

   Passant au peigne fin toutes les étapes et les coulisses de cette nouvelle tendance, qui voit de nombreux citadins quitter la ville pour rejoindre une campagne plus spacieuse et moins onéreuse, TFC permet de mieux comprendre les avantages et les inconvénients d’une telle décision. Et de s’immiscer au cœur de celles et ceux qui ont fait le choix du grand départ.

Une émission inédite de Tout compte fait, demain à 14h00 sur France 2

Un poulailler à domicile ?

   C’est au milieu de la basse-cour que Tout compte fait nous donne rendez-vous dans un second reportage inédit. Au cœur d’un système agraire innovant, rencontre avec ces familles qui se sont engagés dans l’élevage des poules par passion et intérêt. 

   Devant l’explosion des prix, certaines familles optent pour une solution innovante : des « basse-cours maisons ». Rentabilité et écologie sont au centre des enjeux d’une telle solution. Guidés par la prise de conscience croissante des enjeux environnementaux, de nombreux ménages sont tentés de revenir à des modes de production plus locaux, jusqu’à une production maison. Une alternative écologique, mais pas seulement. L’aspect financier a toute sa place, comme le montre TCF.

  Guidés par la volonté de consommer mieux et moins cher, certains foyers interrogés par l’émission mettent l’accent sur l’authenticité évidente de ces « poulaillers à domicile », privilégiant la qualité de la provenance des produits. Des circuits de consommation de plus en plus courts, qui bénéficient à tous.

   Tout compte fait nous emmène ensuite à la découverte de nouvelles entreprises, qui se sont donnés pour mission de sauvegarder les espèces de poules, dans un contexte de maltraitances animales omniprésent, avant de partir à la recherche de conseils pour brosser du bon sens de la plume nos poules nationales et acquérir la main rousse. Seront-elles donc notre nouvel animal de compagnie de demain ou le deviendront-elles lorsqu’elles auront des dents ? 

Poules obligent, les ventes des volatiles sont à la hausse depuis juin. Raisons économiques, écologiques et authentiques, les pondeuses sont considérées comme de véritables poules aux œufs d’or dans le marché français, quitte à transformer son potager…en poulailler. Solution miracle ou fausse bonne idée ? 

About author

Journaliste à VL Média, Bordeaux
Related posts
À la uneCinémaCultureInternationalSéries Tvsociété

Ellen Page annonce sa transition de genre et change de nom

À la uneInsoliteInternational

Belgique : surpris en pleine orgie, un eurodéputé démissionne

À la uneFaits DiversMédiasSéries Tv

Chambre 2806 : L’affaire DSK arrive sur Netflix le 7 décembre

À la uneFaits DiversInsolite

Un embryon vieux de 27 ans donne naissance à un bébé

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux