À la uneActualitéCulture

Travelling N°4 : Projet X : Le Subversif en Carton-Pâte

Critique :

Projet X

Ou

Le Subversif en Carton-Pâte

 

 

C’est un Film classé R auquel je m’attaque aujourd’hui, classé R, cela veut dire qu’il est interdit aux mineurs non-accompagnés aux Etats Unis. Oulala, du coup en plus des poncifs « Histoire Vraie », « Found Footage (vous avez vu hein ? comme dans Chronicle) » et « Je suis le mec qui a réalisé Very Bad Trip et j’approuve ce message », l’argument de vente « Film trash et interdit aux jeunes » s’ajoute à la longue liste argumentaire qui donne et donnera bien envie à ces mêmes jeunes de courir le voire… Je parle donc ainsi du très anecdotique et pour le moins criant de stupidité Projet X !

 

Bon, donc, pour ceux qui vivent au fin-fond de la Creuse, le principe du film c’est :

–          Trois ados clichés sans réelle consistance et un peu loser mais pas trop quand même (fortement pompés mais loin du compte des personnages de Superbad).

–          Une fête de folie organisée par l’un d’eux à l’insu de ses parents dans la maison familiale, qui va bien entendu tourner à l’émeute, mais qu’est-ce qu’elle est cool quand même cette soirée (avalanche d’alcool, de drogue et de boobs qui blaserait même mon petit cousin de 6ans).

–          Un pur son.

–          Et… et… heuuu

 

Bah c’est tout en fait, rien, nada… Projet X ne prétend pas avoir du sens, cela tombe bien, il en est vide… Le problème c’est qu’il n’en évoque même pas. Là ou Superbad (et je vais souvent répéter ce nom là et vous feriez bien de courir l’acheter au lieu de vous farcir la daube dont je parle) ou encore Les Lois de L’Attractions (autre immense film) construisaient ces personnages, nous racontaient une histoire, posaient de manière 100% décomplexée des problèmes sur le sex, l’alcool et la fête qui touchaient et touche encore tout à chacun, Projet X, n’est qu’un clip MTV de 1h30 dans lequel la seule préoccupation est de se vautrer dans la débauche pour oublier qu’on y est déjà et de tomber dans la surenchère pour cacher (est-ce encore possible ?) la vacuité du propos…

 

Je ne serais pas totalement de mauvaise foi : J’ai ri. Plusieurs fois même, j’ai voulu participer à cette soirée tout en y reconnaissant beaucoup de mes anciennes sauteries (pourquoi je dis anciennes moi ?). Mais comme lorsqu’on dépasse les 6 shots de Vodka Redbull, ma tension est vite retombée.

En effet, mis à part la bande son proche du dantesque, les artifices visuels font finalement peu d’effet (puisque le montage casse le rythme et ne rend pas bien la montée en puissance que l’on ressentait dans Very Bad Trip 1), l’argument de la réalisation en Found Footage (effectuée par un maitre du clip et de la pub sans vision artistique) n’est justement qu’un argument puisqu’elle ne sert en aucun cas le fond (encore eut-il fallu qu’il y en eut un…) et finalement n’apporte que peu de chose à une version qui aurait été filmée « normalement » (il y a même de nombreux plans impossibles à prendre par une seule caméra), par ailleurs, le scénario ne semble pas être l’œuvre de deux personnes adultes (et pourtant…) mais a au moins le mérite de ne pas prétendre exister sous les monceaux de plans gratuits de fesses de hipsters qui se trémoussent sur Keany West.

 

Alors Pourquoi Projet X est-il indécent ? Parce qu’il prétend l’être justement (et rien que dans son titre rappelé une fois au début du film puis plus rien clik clak kodak). Est-ce un hasard si les fans de films de genre lui vomissent dessus tandis que les nouveaux rédacteurs du Figaro l’encensent ?

 

En vérité, bien irresponsable, ce film qui se dit réaliste (et non pas crédible, nuance à développer), veux tout avoir sans rien risquer puisque même après les dégâts de la soirée, personne ne semble en assumer aucune conséquence négative (et encore il ne semble pas y en avoir puisque les parents ne sont pas si fâchés que ça, la punition n’est pas si dure que ça, il n’y a eu aucun blessé après l’attentat au lance flamme et les accidents de voiture : bah oui ça nous gâcherait le plaisir), pire encore, le buzz positif de cette soirée est monté en épingle durant les dernières minutes du film lors desquelles on voit le héros convaincre en deux phrases sa petite amie cocue par la biatche du lycée de lui pardonner… Navrant.

 

Ce qu’il faudra donc retenir de Projet X, c’est que cette vidéo (à défaut de parler de film) surf sur tout ce qui marche aujourd’hui sans jamais en questionner le sens, ce qui, à mon avis montre un profond cynisme et un manque d’amour réel pour notre génération, quand bien même fût-elle vaine, folle, rebelle et dans l’excès le plus total.

 

Je vous donne donc une profonde recommandation : N’allez pas voir ce film au cinéma, télécharger le et offrez le à votre mère qui en appréciera le réalisme et vous félicitera de la ressemblance frappante de ton avec les pages sexo de son Elle préféré.

 

Enfin je vous intime de vous mater : « Superbad »,  « Les Lois de l’Attraction » et « Pump Up » the Volume qui vous ferons frémir, rire, pleurer, aimer, vivre sans jamais se foutre de votre gueule comme le fait Projet X.

 

Etienne Richard

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMode

C'est quoi le Chalet de l'Hôtel Mahfouf qui ouvre le 2 décembre ?

À la uneFaits DiversInternational

Qui était Issei Sagawa "le cannibale japonais" qui vient de mourir à 73 ans ?

À la uneCinémaPop & Geek

Les Gardiens de la Galaxie 3 : Adam Warlock pointe le bout de son nez dans la bande annonce

ActualitéSéries Tv

On a vu pour vous... Gangs of London (saison 2) signe un retour explosif

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux