À la uneCulturePop & Geek

Twitch se lance dans la vente de jeux

D’ici peu, la célèbre plateforme de streaming Twitch va permettre aux spectateurs et diffuseurs d’acheter directement des jeux.

Depuis sa création en juin 2011, Twitch n’a cessé de prendre de l’importance dans le marché du streaming. Le rachat de la plateforme par Amazon en août 2014 pour 970 millions de dollars a pérennisé l’activité de Twitch jusqu’à devenir un des sites les plus consommateurs de bande passante aux Etats-Unis (devant Facebook). Depuis son rachat, Twitch diversifie ses sources de revenus, avec par exemple l’introduction de micros dons ou la lutte contre les bloqueurs de publicité.

C’est dans cette optique que la filière d’Amazon a annoncé se lancer dans la vente de jeux. Sur le papier, l’idée est très intéressante : de nombreux titre ne bénéficient d’une couverture que grâce à la volonté de certains streamers / youtubers de les promouvoir, principalement des jeux indépendants, Rogue-like, jeux bacs à sable ou MOBA. Grâce à ce système, plus besoin de se rendre sur Steam ou toute autre plateforme pour vous procurer le jeu que vous êtes en train de regarder.

Le streamer touchera en contrepartie 5% du montant dépensé pour acheter le jeu. 70% de la somme sera reversée aux créateurs du jeu alors que les 25% restants représenteront la commission perçue par Twitch. Si le l’acheteur dépense plus de 5 dollars, il se verra offrir en outre quelques récompenses : des emotes, badges pour le chat voir des Bits (permettant de faire des micros dons à des streamers).

Bien qu’il n’existe pas de chiffres d’audience officiels, on estime que Twitch attire 100 millions de visiteurs uniques par mois, avec des pics lors d’évènements spéciaux (les 9 jours de Twitch Plays Pokemon auraient attiré 17 millions de spectateurs sur cet unique événement). Cela représente un nouveau vecteur potentiellement très important de vente de jeux. En outre, les studios suivants ont confirmé leur adhésion à ce système : Ubisoft, Telltale Games, Digital Extremes, Hi-Rez Studios, tinyBuild, Paradox Interactive, Trion Worlds et Vlambeer.

Il n’est cependant pas certain que ce système se révèle particulièrement compétitif pour le futur acheteur. En effet, de nombreuses plateformes de ventes et d’hébergement de jeux ne connaissent un succès que tout relatif, du fait du quasi-monopole de Steam (et dans une moindre mesure, GoG) sur le marché de la vente de jeux PC dématérialisés. Rien n’indique que la plateforme Twitch / Amazon trouve sa place si elle souhaite exister en tant qu’autre chose que simple intermédiaire. Il y a des chances pour que les joueurs préfèrent ne conserver qu’un seul service, qui, en plus, propose de fortes réductions très régulièrement.

En outre, il conviendra d’être attentif aux pratiques potentiellement douteuses qui pourront en découler, ce nouveau système n’étant pas sans poser quelques questions d’ordre éthiques. En effet, les suspicions de collusion entre éditeurs et streamers ne sont pas nouvelles : un partenariat (officiel ou non) est passé entre les deux parties, prévoyant une rémunération contre une mise en avant du jeu et de ses qualités. Avec ce système, le risque s’accroit car le circuit de distribution du jeu se raccourcit entre le streamer et son public.

Vous pourrez trouver davantage d’informations sur le post officiel de Twitch à cette adresse.

Related posts
À la uneCultureSpectacles

« La situation ne me pousse pas à arrêter le théâtre, bien au contraire », entretien avec Daniel Pierson

À la uneBrèvesPop & GeekSéries Tv

Assassin's Creed : des séries en développement pour Netflix

À la uneInternational

5 éléments pour comprendre... le fonctionnement de la Cour Suprême des Etats-Unis

À la uneSéries Tv

La Flamme : mais d'où vient la "Jean Guile" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux