À la uneActualitéFrancePolitique

Un seul candidat pour l’UDMF aux départementales finalement.

L’Union des Démocrates Musulmans de France, nouveau parti politique qui a agité la classe politique la semaine dernière, avait annoncé qu’il y aurait 7 à 8 candidats étiquetés aux départementales de mars 2015. Finalement il n’y en aura qu’un seul.

Sur les sept à huit annoncés, seul la candidate de Marseille étiquetée à l’UDMF sera effectivement dans la course aux départementales de mars 2015. Il s’avère que la polémique autour de ce petit parti a fait fuit les mécènes et surtout les candidats potentiels.

En effet, des hommes et femmes politiques de tous les bords politiques ont réagi à la présentation aux élections de candidats de ce parti musulman. Louis Aliot (vice-président du Front National) considère que ce parti a “base communautariste contraire, selon lui, à l’unité et l’indivisibilité de la République” tandis que Steeve Briois, maire FN d’Hénin-Beaumont est “profondément choqué et abasourdi” pour ce qu’il estime être “attaque aux fondements même d’une république laïque”.

Même son de cloche du côté du SIEL (un parti proche du FN) et de son président Karim Ouchikh qui est “hostile, par principe, à tout parti politique à vocation confessionnelle“. Si Nicolas Dupont-Aignan n’est pas opposé à l’existence de ce parti, il y voit “une catastrophe, ajoute le député de l’Essonne, pour les Français musulmans qui, pour moi, sont Français avant d’être musulmans“. A l’inverse, Malek Boutih, le député socialiste de l’Essonne, “cela n’appelle aucun commentaire car ce n’est pas gênant“, il met en avant le droit et la démocratie, “tant qu’on est dans les lois républicaines, on a le droit de faire ce que l’on veut“.

L'UDMF présentera des candidats aux départementales

Ce parti musulman créé en 2012 présentera, finalement, un seul candidat aux élections départementales en mars 2015.

Un seul candidat UDMF finalement à cause de la polémique autour du parti.

Le fondateur du mouvement musulman, Najib Azergui, interrogé par le Parisien, a confié que le seul candidat se présentera à Marseille “où la dynamique est énorme“. “On ne rentre plus dans nos frais. Nous avions calculé qu’il fallait entre 11.000 et 25.000 euros selon la région pour financer une candidature aux départementales. Rien qu’à Bobigny (Seine-Saint-Denis) notre estimation avoisinait les 17.000 euros” a concédé Najib Azergui.

Si le fondateur précise qu’il avait préparé les “équipes à ce genre de choses mais, face aux pressions de l’extérieur ou des proches, certains ont préféré arrêter“. C’est notamment le cas à Lyon où le représentant local a quitté la formation politique ou encore dans les Hauts-de-Seine (à Bagneux) où le candidat a annoncé le retrait de sa candidature.

Un motif de satisfaction, tout de même, pour Najib Azergui. Bien qu’il soit “déçu lorsqu’on est un nouveau parti comme le nôtre“, il se réjouit du nombre de nouveaux adhérents. Plus de 800 en quelques jours qui monte le total à 1700.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéInternational

Comprendre la situation en Ukraine en 5 minutes

À la uneSéries Tv

How I met your father sur Disney+ le 9 mars

FranceReportages

L'importance de la chaîne du froid alimentaire

À la uneSport

WRC - Sébastien Loeb victorieux au Rallye Monte-Carlo

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux