Chaque hiver, elle vit un véritable enfer. Au Canada, une jeune femme est allergique au froid. Ce dernier lui provoque des allergies ainsi que des symptômes extrêmement dangereux pour sa santé. Une maladie rare, qui l’oblige à se tenir éloignée des températures froides.

Arianna Kent, une jeune fille allergique à l’hiver

Arianna Kent a 21 ans. Elle souffre d’une maladie très rare. Une infection qui se traduit par de graves crises d’urticaires (éruption cutanée) ainsi que des démangeaisons à chaque fois qu’elle se retrouve en contact avec le froid. Une simple douche froide ou un verre contenant des glaçons peuvent lui provoquer un choc anaphylactique (réaction allergique qui touche l’ensemble de l’organisme). Une réaction qui peut donc lui être fatale.

Les premiers symptômes de cette maladie ont fait leur apparition alors qu’elle n’avait que 14 ans. Depuis elle vit un véritable calvaire.  Arianna raconte:

« Je peux le sentir dans ma gorge si je bois quelque chose de froid, c’est serré et tendu, c’est pareil si je mange de la glace. »

Une maladie compliquée à gérer pour elle, car beaucoup de personnes refusent de la croire lorsqu’elle évoque sa maladie. Parfois même les médecins ne connaissent pas cette maladie rare. Arianna déclare:

« Certains professionnels n’en ont aucune idée et me regardent comme si j’étais folle. »

Des symptômes lents et contraignants

Afin d’éviter les crises, elle doit également faire attention à son alimentation. Aussi, elle ne peut manger des aliments contenant de l’histamine (base régulatrice du système vasculaire). Elle doit donc éviter de manger du fromage, des yaourts ou encore des ananas, ainsi que d’autres aliments fermentés.

A lire aussi: Catherine Laborde, son combat contre la maladie de Parkinson

La solution nous parait alors évidente. Pourquoi elle ne déménage pas dans un pays chaud ? Car le problème resterait le même. La climatisation froide ou une promenade qui l’expose au contact du vent peuvent également déclencher des symptômes, qui apparaissent lentement. Arianna décrit :

« C’est un processus lent, qui commence lorsque de petites papules de la taille d’une épingle sur mon bras commencent à  enfler …

Cela me brûle la peau et me démange, pour ma gorge, c’est comme de l’asthme où vous avez une respiration sifflante et  de la difficulté à respirer.

C’est comme si quelque chose était assis sur votre poitrine, la rendant plus serrée et plus lourde. Je peux faire un choc anaphylactique complet, donc je dois porter un Epipen.

C’est terrifiant de savoir que si je me trouve dans une région où je n’ai pas accès à des soins médicaux et que j’ai la gorge serrée, je pourrais courir un risque grave. »

Selon le groupe audiovisuel américain ABC news, cette maladie toucherait environ 1 personne sur 100.000.