À la uneActualitéInternational

Washington donne 3 à 6 mois aux entreprises françaises pour “sortir” d’iran

Après que Donald Trump ait choisi de retirer les Etats-Unis des accords nucléaires iraniens, il demande maintenant aux entreprises françaises de suivre le mouvement.

Avec les sanctions qui vont être prises à l’égard des entreprises américaines comme Boeing ou General Electric, des entreprises françaises et européennes devraient être touchées. Le gouvernement américain souhaite que les sociétés européennes soient conformes au rétablissement des sanctions. Du coup Renault-Nissan, PSA et Volkswagen seraient impactées.

Avec ses 160 000 voitures vendues en Iran en 2017, Renault pourrait être touché suite à la présence des Etats-Unis dans le pays.

L’entreprise Total associée au groupe  CNPC, a e signé un accord portant sur un investissement de 5 milliards de dollars pour exploiter le gisement South Pars mais avait prévenu que le maintien de cet accord dépendait de la position de Washington sur le nucléaire iranien.

L’ambassadeur américain en Allemagne, a déclaré que les entreprises allemandes devraient cesser leurs activités “immédiatement”.

Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton a déclaré que le rétablissement des sanctions américaines est effectif “immédiatement” pour les nouveaux contrats et que les entreprises déjà engagées en Iran auront quelques mois pour en “sortir”. Selon le Trésor américain, le délai va de 90 à 180 jours.

Un contrat passé entre Boeing et Iran Air en 2016

Beaucoup entreprises avaient reçu après la mise en œuvre de l’accord sur le programme nucléaire iranien en 2015 des licences spéciales ou le feu vert du Trésor américain pour commercer avec l’Iran.

Toutefois Washington continuait toutefois d’imposer un embargo interdisant aux Américains et à toute entité utilisant le système financier américain d’effectuer tout investissement lié à l’Iran, ce qui avait refroidi les banques et incité d’autres entreprises à la prudence.
En décembre 2016,  Boeing et Iran Air avaient passé un accord concernant l’achat de 80 appareils à la compagnie Américaine d’une valeur de 16,6 milliards d’euros. La livraison des premiers appareils, qui était prévue pour fin 2018, avait été reportée avant l’annonce de mardi. Boeing avait alors indiqué que ces contrats allaient permettre de soutenir des “dizaines de milliers” d’emplois aux Etats-Unis mais a indiqué mardi qu’il se conformera à la décision de la Maison Blanche de rétablir les sanctions.
Related posts
À la uneFrancePolitique

Il y a 77 ans, Jean Moulin,figure de la Résistance, fut assassiné

À la uneCinémaCultureSéries Tv

Une série spin-off de The Batman débarque sur HBO Max

À la uneSociété

Affaire Adama Traoré : les juges ordonnent une nouvelle expertise confiée à des médecins belges

À la uneInsolite

Un homme passe 5 ans de trop en prison

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux