À la uneExpositionsInternational

World Press Photo 2020: La photo de l’année en l’honneur des manifestations au Soudan

Très attendue dans le domaine du photojournalisme, la 67ème édition de l’exposition World Press Photo marque, cette année encore, les consciences.

Mondialement connu, World Press Photo est un concours annuel mettant en avant les photographies de presse qui ont marqué les sociétés, avec le but de montrer l’importance des histoires visuelles et surtout, d’une presse libre à travers le monde.

Ce projet a commencé à Amsterdam en 1955, avec le premier concours international de photographes, marquant le début de cette organisation indépendante et non lucrative. Son credo : connecter le monde aux histoires qui comptent.

Parmi les photos exposées dans le passé, on compte l’auto-immolation du moine bouddhiste à Saigon par Malcom Browne (1963), La petite fille au napalm de Nick Ut (1973) et Tank Man, l’homme bloquant une rangée de chars sur la place Tiananmen de Beijing, capturé par Charlie Cole (1990).

L’édition de 2020 s’inscrit donc dans la continuité d’une lignée de photographies ayant marqué le monde. Sélectionnées à la suite d’un long processus d’évaluation, elles sont séparées en huit catégories : enjeux contemporains, environnement, actualités générales, projets de long terme, nature, portraits, sports et actualités locales.

Après la décision menée par un jury d’experts en media et en photographies, sont décernés les prix World Press Photo de l’année, mais aussi World Presse Photo histoire de l’année, puis les prix « singles » récompensant les meilleures photographies des huit catégories.

Retrouvez ici l’ensemble des nominés.

Yasuyoshi Chiba: Photo de l’année sur les manifestations au Soudan

Le prix de la photo de l’année a été remporté cette année par le journaliste japonais de l’Agence France-Presse Yasuyoshi Chiba pour sa photo « Straight Voice ». Cette dernière représente les manifestations qui ont eu lieu en 2019 au Soudan après la transition politique vers un gouvernement militaire.

Depuis 2018, et pendant près de quatre mois, les Soudanais manifestaient pour le départ du Président auto-proclamé Omar al-Bashir, au pouvoir depuis 1989, jugé responsable de crime contre l’Humanité et génocide durant la Guerre du Darfour. Un gouvernement militaire, mené par l’inspecteur des forces armées Abdel Fattah al-Burhan, le renversa le 11 avril 2019.

Un contexte politique poignant

La photo de Yasuyoshi Chiba, prise le 19 juin 2029, montre les manifestations qui ont suivi ce coup d’état militaire, appelant à un gouvernement civil. Presque deux semaines plus tôt, le gouvernement avait ordonné d’ouvrir le feu sur les manifestants non armés. Les autorités ont également instauré des « blackouts », des coupures de courant massives pour désordonner le mouvement populaire en empêchant l’accès à internet, qui était utilisé pour l’organisation des mobilisations.

C’est le seul groupe qui manifestait pacifiquement que j’ai rencontré pendant mon séjour et j’ai été touché par la solidarité invaincue de leur révolution.

Yasuyoshi Chiba, AFP

Cependant, les manifestants sont parvenus à se réorganiser par SMS, de bouche à oreille, et en utilisant des mégaphones. La photo montre les manifestants pendant l’une des coupures de courant à Khartoum, s’éclairant par la lampe torche de leur téléphone portable, scandant des slogans et des poèmes pour l’établissement d’un gouvernement civil. Leurs efforts seront récompensés lorsque le 17 juin, le mouvement pro-démocrate réussit à faire signer un accord de partage de pouvoir entre l’un des leaders des manifestations, Ahmad Rabie, et le général Abdel Fattah al-Burhan. Ce gouvernement de transition fut chargé d’organiser des élections pour un Soudan démocratique. Mais un an après, le gouvernement soudanais, toujours en transition, peinait à s’organiser en raison d’une grave crise économique.

Le 3 octobre dernier, un accord de paix historique entre le gouvernement et les chefs rebelles semble paver le chemin de la stabilité pour un pays longtemps secoué.

La photo de Yasuyoshi Chiba s’inscrit ainsi dans la lignée des World Press Photos of the Year, capurant et exhibant au public un évènement majeur pour le Soudan, et plus généralement, pour l’Afrique de l’Est.

About author

Journaliste VL.
Related posts
À la uneActualitéFrance

Un renforcement du couvre-feu envisagé

À la uneArt / ExpoCultureSorties

Les chefs d'œuvre de la Renaissance italienne s'invitent au Louvre

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... Inside n°9, la géniale anthologie britannique

À la uneFranceMédias

La France a un incroyable talent : bilan de l'émission du 20 octobre

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Harper’s Bazaar, l’exposition parisienne à voir !