À la uneActualitéCultureFranceSport

Yoga on Top : yoga au top

L’été, l’occasion de se ressourcer, d’apprendre à déconnecter avec le stress du monde extérieur. Malheureusement, pour ceux qui ne peuvent pas partir très loin et sont obligés de rester dans la fureur parisienne, des cours de yoga gratuits sont donnés tous les mercredis soirs sur le toit du BHV.

Il est 17h30, la fraicheur du BHV nous accueille alors que le soleil tape dehors, la température avoisine les 28 degrés en cette fin d’après-midi. Une séance de yoga pour nous remettre d’une journée stressante est la bienvenue ! Nous arrivons devant le stand Lolë au premier étage, où les personnes arrivent petit à petit, le site nous ayant conseillé d’arriver une vingtaine de minutes avant le début du cours.

Lolë, marque de prêt-à-porter canadienne, est une ligne de vêtements de sport exclusivement féminine. Se basant principalement sur des notions de bien-être, de dépassement de soi et de vitalité, Lolë a organisé de multiples séances de yoga à travers le monde pour véhiculer sa marque et les principes qu’elle veut partager.

A Barcelone, au Museu Nacional d’Art de Catalunya, à Montréal au Musée des beaux-arts de Montréal, à New York au Museum of Modern Art et enfin à Toronto au Musée royal de l’Ontario, le yoga Lolë fait le tour de la planète. Animées par des professeurs réputés, dans une ambiance musicale créée par un orchestre symphonique local, les quelques films présentés devant le stand Lolë au BHV nous montrent une ambiance apaisante lors du White Tour, où des centaines de personnes habillées en blanc, couleur de pureté, partagent un moment de sérénité dans un cadre magnifique.

A 17h40, les sourires affluent sur les visages, les gens sont heureux de venir pour partager ce moment de détente ! Mais les sourires s’affaissent petit à petit. Le nombre de places, limité à 25, pose problème : l’information n’a pas été parfaitement diffusée. Une vingtaine de personnes sont refoulées, tapis de yoga sous le bras, pensant que leur place avait été retenue. Le souci c’est que deux sites d’inscriptions se sont court-circuités, l’organisation laisse donc un peu à désirer… à 18h15, nous sommes toujours en train d’attendre devant le stand, des complications d’installation retardant le cours.

Le slogan de la marque, Living Out Loud Everyday (d’où l’anagramme) rassemble, en quelque sorte, la définition d’une vie saine et équilibrée qu’elle désire transmettre, notamment par le yoga.

BHV MARAIS

BHV MARAIS

Cet été à Paris, Lolë pose ses valises pour partager ses cours de yoga avec la capitale. Au Wanderlust le samedi, et au BHV le mercredi. Le BHV Marais, ce centre commercial emblématique de Paris, à la droite de l’hôtel de Ville, séparé de celui-ci par la rue de Rivoli, sait vendre un image luxueuse. « Niché juste au niveau de l’épicentre Rive Droite/ Rive Gauche, cette institution reste le repère des bricolos créatifs, des parisiens Rive Gauche, des branchés de l’Hôtel de ville, des cordons bleus arty…Un bazar version luxe, où l’on peut trouver de tout. L’adresse immanquable des esthètes et des épicuriens… » De 18 à 19h, nous pouvons accéder à la terrasse du toit à la vue époustouflante, pour une heure de relaxation et de détente. Enfin… 18h25. Retard un peu dommage, puisque plusieurs personnes quittent la séance alors que le cours n’est pas encore terminé, la vie parisienne suit son cours et les habitants ont un emploi du temps chargé, la demi-heure de retard pose problème.

Mais bon. Notre arrivée sur le toit pardonne ce retard… la vue est magnifique. Le soleil est au rendez-vous, et la terrasse, à la décoration luxueuse, récompense la petite trentaine de participants de leur patience. L’air y est chaud, le soleil tape mais l’horaire de fin de journée fait que cela est supportable. Et puis les petits palmiers disséminés çà et là font un peu d’ombre. Au sol, sur les lattes de bois qui forment la plate-forme –et qui, d’ordinaire, accueille les tables du restaurant « d’altitude »–, plus d’une vingtaine de tapis d’un jaune éclatant s’étalent. Ils sont généreusement prêtés par Lolë, partenaire de l’évènement. Une bonne initiative qui évite aux participants d’avoir à s’encombrer d’une serviette toute la journée et jusque sur leur lieu de travail.

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

Et sur ces tapis : un petit sac jaune renfermant une boisson, ce qui est grandement utile quand on reste une heure sous les sunlights de Paris. Le jaune, représentant la chaleur, l’amitié, la joie et la connaissance, englobe le visiteur curieux de découvrir ce sport dans ce cadre innovateur.

Chacun choisit son tapis, jaugeant l’emplacement suivant son exposition et la visibilité qu’il offre sur ceux qui animent le cours ce jour-là, Peggy et Jeff. La plupart des participants sont venus par deux, d’autres sont en solo. Pour la moitié d’entre eux, ce sont des débutants faisant du yoga pour la première fois. A l’inverse de certains qui sont des initiés, voire des fidèles suivant le couple depuis plusieurs semaines déjà. Car Peggy et Jeff donnent aussi des cours de yoga au Wanderlust tous les samedis et au Parc de la Villette, rassemblant à chaque fois près de 120 personnes. Le Parc de la Villette, un symbole pour ce duo dont les premières leçons ont été données là-bas. Mais Peggy et Jeff donnent également des cours à la Recyclerie, une ancienne gare du XVIIIe. Preuve qu’on peut faire du yoga partout. Et pour cause, aller apprendre à se détendre sur le toit d’un des plus grand centre commerciaux de la capitale, ce n’est pas banal. Bien que, pour ces « profs tout terrain » et « diffuseurs d’énergie » –comme le définit Peggy–, la vue offerte par cet endroit est « un privilège ». De même qu’une opération marketing rentable pour Lolë, dont le pop-up store se trouve au premier étage du BHV…

Une fois que tout le monde est prêt et que Peggy et Jeff se sont présentés, la séance de yoga débute. Et, étonnamment, on s’échauffe le cou, les bras, les jambes, les chevilles, comme avant un cours de gym. Ce qui laisse présager une heure assez physique. En effet, Peggy nous le confirme, le yoga c’est aussi du sport : « Il y a beaucoup de gens qui ne le savent pas mais le yoga permet d’entretenir son corps ». Jeff ajoute même que grâce à cela il a « perdu 15 kilos » et gagné en souplesse alors qu’à la base il est « très très raide ». Pour autant, n’ayez crainte, c’est une activité sportive douce que tout le monde peut pratiquer. Et même à laquelle tout le monde devrait se mettre assurent Peggy et Jeff de concert. « Pour nous le yoga a tellement un impact fort sur le mental, sur les émotions, sur le physique qu’on s’est dit « il faut que tout le monde découvre le yoga » », expliquent-ils. D’où l’idée de cours gratuits. « On a monté notre boîte pour démocratiser le yoga, qu’il soit accessible à tout le monde », détaille Peggy. Et Jeff de rajouter, en riant : « L’objectif : plus c’est gratuit plus on peut diffuser. Et on sait que les gens adorent les services gratuits, surtout à Paris ». Partage oui donc, mais business aussi : « on fait de la com’ et du marketing en vendant également nos formations en ligne », admettent ces deux ingénieurs de métier, qui ont fait du yoga « un loisir » dont ils ne vivent pas encore.

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

Le « moment hug » BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

Le « moment hug » BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

Après les échauffements, viennent les exercices d’étirements. Et un enchaînement d’asanas (positions dans le langage yoga) basique, nommé « salutation au soleil ». Ça fait un peu lunaire dit comme cela mais les apparences sont trompeuses : tous ces gens en équilibre sur une jambe, les bras levés vers le ciel, ne sont pas les adeptes d’une secte occulte. D’ailleurs, c’est bien parce que le yoga est « une hygiène de vie, une philosophie » qui demande à entrer dans « un état d’esprit spirituel » que beaucoup le confondent avec de l’ésotérisme. Or, d’après Peggy, le yoga n’est rien d’autre qu’une forme de sagesse appelant à savoir se surpasser en faisant le « Chiva dansant » et en sachant « vivre l’instant présent ». Car, pour elle, « le yoga permet de mieux apprécier ce qu’on est en train de vivre ». Peggy l’a compris quand, « à 27-28 ans, [elle a] été opérée de la vésicule ». « Un truc qui n’est pas du tout normal à cet âge-là et donc je me suis remise en question en me disant qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas », analyse la jeune femme élancée, en tenue de jogging. « Mais en fait c’était surtout ma vie, stressante, qui ne tournait pas rond. Je m’étais épuisée et le yoga nous apportait, à Jeff et à moi, une prise de recul sur nos choix. Et nous a appris à être mieux dans nos têtes, plus équilibrés », poursuit-elle. Se calmer pour retrouver de l’énergie, quel paradoxe ! Et pourtant, il semblerait que cela marche. Sinon, comment expliquer un tel succès. « Je pense que nos cours ont du succès parce que nous sommes deux, une fille et un garçon, le ying et le yang. On a d’ailleurs plus de garçons que dans les autres cours de yoga, sûrement parce qu’ils peuvent s’identifier à Jeff », analyse Peggy. Ce à quoi Jeff ajoute : « Et puis quand on est à deux, l’un peut faire le cours pendant que l’autre passe entre les gens, les corrige sur leurs positions et les conseille. C’est de l’attention personnelle qui est appréciée. Et puis on est cool parce qu’on pense qu’on n’est pas là pour se prendre la tête, on sort tous de boulots on a besoin de décompresser ». Bref, Peggy et Jeff savent cerner les besoins de ceux qui viennent à leur rencontre et sont même des visionnaires précurseurs puisqu’ils prédisent l’arrivée prochaine de l’acroyoga (voir vidéo) et désirent mettre au point une nouvelle tournée yoga… dans le métro cette fois !

 

Peggy et Jeff - BHV MARAIS/LOLE WOMEN - Crédit Radio VL

Peggy et Jeff –
BHV MARAIS/LOLE WOMEN – Crédit Radio VL

[youtube id=”xECiTdgy9nE”]

Clotilde Gaillard et Manon Labat

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaLa Loi des Séries

1.2.3 Ciné : Pulp Fiction (1994)

À la uneActualitéArt / Expo

La photographie qui a changé notre compréhension du SIDA

À la uneCultureFranceSéries Tv

"Carrément craignos" : la nouvelle série de Jean-Pascal Zadi débarque sur France.Tv

Sport

Preview de l'UFC 259 : le show de l'année ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux