Recrutement 📰 : VL. recherche son prochain alternant(e) en journalisme ! Envie de nous rejoindre, c'est juste ici

À la uneActualitéCultureFranceLittérature

2084, La fin du monde : immersion dans un futur intégriste

Auteur à succès, Boualem Sansal a su s’attirer les foudres et la censure de son pays en se dédiant corps et âme à la dénonciation de l’islamisme et en multipliant les prises de position critiques envers la politique de l’Algérie. Avec son roman acclamé 2084, paru chez Gallimard à la rentrée littéraire de septembre 2015, l’auteur algérien dépeint la menace du terrorisme islamiste et imagine à travers une dystopie glaçante ses plus folles conséquences . Tiré à 290 000 exemplaires, son oeuvre l’a propulsé au cœur de l’actualité brûlante d’une France blessée par les attentats. Couronné « Meilleur livre en 2015 » par le magazine Lire, son récit orwellien a déjà reçu le Grand prix du roman de l’Académie française. Depuis, Boualem Sansal est sur tous les fronts médiatiques. Retour sur un succès littéraire qui a forgé et accompagné l’actualité.

Véritable hommage au 1984 de George Orwell, le roman de Sansal conjugue à la fois science-fiction et analyse sociale, en nous proposant une vision cauchemardesque d’un monde régi par un impérialisme religieux. À travers sa description dense d’un système totalitaire et aliénant, notre auteur se base sur l’intrigue de 1984 pour mieux la dépasser : aux trois puissances (Océania, Estasia et Eurasia) imaginés par Orwell, Boualem Sansal remplace un empire omnipotent qui, au terme d’une « Guerre Sainte » dont on ne sait presque rien, a imposé son hégémonie sur un territoire gigantesque aux frontières inexactes, l’Abistan.

Clairement inspiré de l’actualité et de la progression de l’Etat Islamique, le roman de Sansal nous donne une vision de ce que pourrait être l’implantation, sur le long terme, d’un islamisme radical suffisamment puissant pour démanteler les autres politiques : un système totalitaire fait d’enfermements, d’interdits et de répression. Dans ce pays immense qu’est l’Abistan, tout le peuple est soumis à la religion du dieu unique Yölah, auquel il faut vouer une foi inébranlable et soumission totale. Dans cet univers, toute pensée personnelle est bannie et traquée par divers organes politiques de surveillance qui vont punir les idées et les actes déviants. L’écrivain nous offre une véritable étude sociologique du sectarisme religieux : officiellement, le peuple vit dans un bonheur sans cesse proclamé, à la manière d’une méthode Coué implacable censée emporter l’adhésion de tous les membres de la société. Cette dernière est à ce point codifiée et ritualisée que même la novlangue parlée par ce peuple-esclave est au service du totalitarisme. Toutefois, au milieu de cet aveuglement généralisé, un homme, Ati, se met à douter et se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion.

Joel Saget / AFP

Joel Saget / AFP

Dans une interview pour accordée au Figaro en décembre 2015, Boualem Sansal revient sur sa position initiale concernant la puissance de l’islamisme radical: lui qui affirmait avant les attentats du 13 novembre que « l’État islamique est trop faible intellectuellement pour tenir sur la durée », le voilà qui dresse désormais un bilan alarmant de la montée en puissance du fanatisme. Pour lui, l’année 2015 « marque le début de quelque chose. De la troisième guerre mondiale peut-être – même si celle-ci n’aura pas la même forme que les précédentes. […] On ne sait pas quand commencent vraiment les guerres ni quand elles finissent, mais, à un moment donné, on en prend conscience. Je crois qu’en 2015 il y a quelque chose qui commence ». Sansal voulait faire de son roman un enseignement sur les dangers de l’instrumentalisation politique de la religion, et non un récit d’anticipation fataliste; force est de constater que sa fable contre l’obscurantisme religieux prend une toute autre résonance.

2084

 

 

2084 de Boualem Sansal, Gallimard, 288 p. – 19,50

Version numérique – 13.99

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSéries Tv

On regarde ou pas ? Champion avec Kendji Girac sur TF1

À la uneFrance

Pourquoi faut-il craindre les fortes pluies attendues cette semaine ?

À la uneSéries Tv

La guerre des mondes : la dernière saison arrive sur Canal+

ActualitéFranceInsolite

Pourquoi on dit "Allô !” quand on répond au téléphone ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux