Politique

Un ancien conseiller de Marine Le Pen accuse de FN de contrat fictif

D’après son témoignage livré à Mediapart et Marianne, l’ancien conseiller de Marine Le Pen, Gaël Nofri, aurait été rémunéré grâce à un contrat fictif lors de la campagne présidentielle de 2012. Il dénonce un système de corruption généralisé au Front National.

Encore une nouvelle affaire d’emploi fictif pour la présidente du Front National. Gaël Nofri est ancien conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui en rupture avec le parti. Il affirme, dans un témoignage livré à Mediapart, avoir été rémunéré grâce à contrat fictif pendant la campagne de 2012. Cela aurait permis à la candidate de ne pas le faire apparaître dans ses comptes de campagne. Ce dernier, aujourd’hui conseiller municipal de la commune de Nice, reconnaît les faits et explique qu’ils lui auraient été imposés par le parti.

“On m’explique qu’il faut que je passe sur un contrat avec le Parlement européen”

Tout a commencé en septembre alors qu’il s’engage au côté de Marine Le Pen en signant un contrat de campagne. Un an après, “on m’explique qu’il faut que je passe sur un contrat avec le Parlement européen” témoigne le jeune homme à médiapart. Ce dernier refuse catégoriquement. Lorsque son contrat se termine en mai 2012, il décide de s’inscrire au chômage. « Alors que je vais pour m’inscrire au chômage, on me dit que les cotisations n’ont pas été versées » reprend Gaël Nofri dans son témoignage à médiapart. “Je me dispute alors avec Marine Le Pen. On m’indique alors que Nicolas Crochet – expert-comptable du FN lors de la campagne présidentielle de 2012– allait m’envoyer un contrat pour me régulariser”.

Un cabinet d’expertise-comptable où il n’a “jamais mis les pieds”

Après cinq mois d’attente sans salaire ni chômage, Nicolas Crochet lui transmet finalement un contrat. Mais c’est un contrat de conseiller dans son cabinet d’expertise-comptable qu’il reçoit et non un contrat de campagne. Un cabinet où le jeune homme assure “n’avoir jamais mis les pieds”. “J’assume, je signe après cinq mois sans salaire ni chômage” reprend Gaël Nofri à Médiapart. “À partir de ce moment-là, je suis en rupture totale avec Marine Le Pen”. Il explique avoir ensuite pris contact avec les enquêteurs en septembre 2014.

Le Front National est en effet soupçonné d’avoir mis en place une escroquerie qui permettrait de rembourser les frais de campagnes grâce à la surfacturation notamment. Le parti, des dirigeants et des proches de la présidente du FN sont renvoyés en correctionnelle.

Related posts
À la uneActualitéInternationalPolitique

Amy Coney Barrett : le nouvel atout de Trump à la Cour Suprême

À la uneActualitéFrancePolitique

Appel au boycott des marques françaises dans des pays du Moyen-Orient et du Maghreb

À la uneArtCultureInternationalPolitique

Manifestations en Biélorussie : interview avec Paul Dza, premier prix de la Photographie Politique de Sciences Po

À la uneActualitéFrancePolitique

Indignation après la décapitation d’un professeur d’histoire-géographie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux