À la uneActualitéCinémaCulture

Après l’annulation de sortie en salle de Mulan, Disney s’attire les foudres des exploitants européens

Depuis l’annonce des studios Disney de ne pas sortir le très attendu Mulan en salle mais directement sur leur plateforme de streaming, les exploitants européens s’inquiètent et s’indignent.

L’annonce a fait l’effet d’une bombe pour les exploitants européens. Un coup de couteau dans le dos, une insulte au visage, les qualificatifs n’ont pas manqué ces derniers jours pour qualifier l’annulation de la sortie en salle du très attendu Mulan des Studios Disney, qui ne verra finalement le jour que sur sa plateforme de streaming Disney +. En grande difficulté depuis leur réouverture post-confinement et en manque de blockbusters américains à mettre à l’affiche, les exploitants européens s’inquiétaient grandement des reports consécutifs du live action Mulan depuis le mois de mars. Au final, il ne passera pas du tout par les salles obscures, de quoi provoquer la colère des propriétaires de salles, comme on a pu le voir cette semaine avec cette vidéo d’un exploitant français, apparemment furieux.

Un “fuck you” aux exploitants

Les propriétaires de cinéma britanniques ont été les premiers à réagir à l’annonce, se disant particulièrement choqués et frustrés de cette décision. Le Royaume-Uni ayant maintenant près de 40 % de ses cinémas ouverts, une sortie à gros budget a longtemps été considéré comme la condition sine qua non pour que l’ensemble des cinémas britanniques rouvrent leurs portes. “This a f*ck you to exhibitors” a déclaré un exploitant mercredi, ce qui ne mérite pas forcément de traduction…De son côté, la plus grande organisation allemande d’exploitants de salles de cinéma, HDF Kino, a publié une déclaration dans laquelle sa présidente Christine Berg s’explique : “Ici, Disney joue avec le feu et passe outre un modèle commercial qui a fait ses preuves et qui a du succès […] Le cinéma est une tradition de 125 ans qui a plus que fait ses preuves et signifie le plus grand succès possible pour tous les participants de l’industrie.”

Le cinéma, un lieu où l’on “partage des émotions

Dans un communiqué, la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) qui regroupe les 6 000 écrans de l’Hexagone s’est également exprimé, disant“regretter profondément” la stratégie de certains studios de ne plus passer par la case cinéma, pour privilégier les plateformes de streaming. Pour rappel, les salles françaises ont eu du mal au mois de juillet a dépasser le tiers de leur fréquentations habituelle, ce qui a d’ailleurs poussé le mythique Grand Rex a fermer ses portes. S’appuyant sur l’exemple de Mulan mais également sur celui de Pinocchio, ou de la comédie Brutus vs César pour Amazon Prime, la FNCF s’inquiète grandement de la situation, considérant que cela ne peut “qu’accentuer la crise que connaissent les salles de cinéma, et plus largement notre secteur, en optant pour des modes de diffusion bien moins créateurs de valeur que la sortie en salle, et très éloignés du principe au cœur du spectacle cinématographique : rassembler un public, partager des émotions et faire vivre la culture au cœur de la cité et des territoires”. Si la Fédération demande de l’aide aux pouvoirs publics pour sortir de cette crise et que les exploitants des différents pays européens appellent à la solidarité, la guerre est peut-être bien déclarée avec les studios…

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Lucifer, le Diable tire sa révérence

À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Ulysse 31, le dessin animé qui revisite la mythologie grecque en version SF

À la uneActualitéInternational

La Chine interdit toutes les transactions financières en cryptomonnaies

À la uneActualitéSorties

Sauvez le cinéma : Le nouvel escape game du Grand Rex

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux