À la uneActualitéCultureFrance

Brigitte Bardot condamnée à 20.000 euros d’amende pour insultes racistes

brigitte bardot condamnation insultes racistes réunion

L’ancienne chanteuse Brigitte Bardot avait comparé les Réunionnais à “une population dégénérée encore imprégnée des traditions barbares“.

Ce jeudi 4 novembre, le tribunal judiciaire de Saint-Denis a condamné Brigitte Bardot à payer 20.000 euros d’amende, pour avoir émis des “injures raciales” envers l’île de La Réunion. De son côté, son attaché de presse Bruno Jacquelin, poursuivi pour “complicité d’injures publiques”, a été condamné à 4.000 euros d’amende. À la demande de l’ex-actrice, ce dernier avait transmis le courrier litigieux à plusieurs médias.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à mars 2019. L’ancienne star, fondatrice de sa propre association œuvrant pour la protection des animaux, avait rédigé une lettre ouverte à destination du préfet de la Réunion. À l’époque, il s’agissait d’Amaury de Saint-Quentin. Dans ce fameux courrier, elle se disait “envahie par des lettres (…) dénonçant la barbarie que les Réunionnais exercent sur les animaux“. Prise de colère, elle avait alors comparé la population réunionnaise à une “population dégénérée encore imprégnée (…) des traditions barbares qui sont leurs souches” et à des “autochtones qui ont gardé leurs gènes de sauvages“, avant de qualifier La Réunion comme “l’île du diable“.

Des paroles “injurieuses et blessantes”

De nombreuses associations comme SOS Racisme, la Ligue des droits de l’Homme et La Ligue internationale contre le racisme avaient porté plainte contre la militante. Tandis qu’Annick Girardin, anciennement ministre des Outre-Mer avait déclaré : “Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit“.

Brigitte Bardot s’était alors excusé auprès des Réunionnais peu de temps après le scandale, en justifiant sa colère par ce qu’elle estime être le “sort tragique” des animaux dans l’île. Malheureusement, lors de l’audience au tribunal, les excuses n’ont pas suffi. Les paroles tenues par madame Bardot ont été qualifiés “d’injurieuses et blessantes” par la procureure Bérengère Prudhomme.

À lire aussi : Jean-Luc Lahaye interpellé ce matin, soupçonné de “viols et agressions sexuelles sur deux mineures”

About author

Journaliste en quête d'expériences en tout genre
Related posts
À la uneActualitéFrance

Mineurs isolés : les mots d’Eric Zemmour lui valent une condamnation

France

Enlèvement d’épaves dans les grandes villes de France : quelle est la procédure à suivre ?

France

Où trouver les services client des grandes marques ?

À la uneHigh Tech

Locket : c’est quoi cette nouvelle application qui cartonne aux États-Unis ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux