À la uneCulture

C’était il y a 80 ans … Dumbo, le seul éléphant qui vole

En 1941, Dumbo volait pour la première fois sur le grand écran. 80 ans plus tard, le dessin-animé reste encore un classique émouvant aimé du public. 

« Quelle attraction ! Dumbo, la neuvième merveille du monde ! Le seul et l’unique éléphant qui vole » Il y a déjà 80 ans, l’éléphant de Walt Disney Pictures était diffusé au cinéma pour la première fois. 

Sorti en octobre 1941 aux États-Unis, il arrivera cependant en France en septembre 1947. Dumbo est le 5e long-métrage d’animation et le 4e classique des studios Disney. Inspiré du roman de Helen Aberson, le classique sera finalement le long-métrage le plus court de l’histoire de Walt Disney, avec 64 minutes.

Le but premier de Walt Disney, en créant le long-métrage Dumbo, était de faire rentrer des recettes après de nombreuses pertes. En particulier Pinocchio et Fantasia, tous deux sortis en 1940, avaient coûté plus cher que prévu à la réalisation et n’avaient pas rapporté assez de recettes. Dumbo quant à lui ne coûta qu’entre 786 000 et 950 000 USD (dollar américain) pour la production. Bien que court et assez simple, l’histoire à la fois triste et merveilleuse du petit pachyderme a su séduire le public jusqu’à aujourd’hui. 

Une histoire qui apporte une morale

Dans cet incroyable long-métrage, on se replonge dans notre enfance au son de Mon tout petit, La Marche des éléphants ou même Quand je vois voler un éléphant. Pour rappel, lors d’un beau matin de printemps, une cigogne livre un nouveau-né à Madame Jumbo, une femelle éléphant pensionnaire d’un cirque itinérant. À sa grande surprise, sa progéniture arbore des oreilles démesurément grandes. Il sera alors surnommé Dumbo par ses congénères méprisants. Rejeté de tous, le pauvre animal rencontre une petite souris malicieuse. Timothée deviendra un fidèle alliée, qui l’aidera à transformer ce handicap en atout dans un numéro de vol (synopsis d’Allociné).

Ce classique à la « qualité artistique incroyable » laisse entendre une morale très importante. Au fil des minutes, le dessin animé dépeint la méchanceté gratuite des gens face aux personnes différentes. Catty en est la parfaite illustration lorsqu’elle dit « Dumbo ? C’est plutôt Dum-pas-beau ! ». L’éléphant et son ami Timothée nous font comprendre que nos particularités nous rendent uniques et font notre force. 

Une controverse plane cependant sur le long-métrage depuis de longues années. La présence des corbeaux a souvent été au centre de polémiques. Ces derniers ont, pour beaucoup, une connotation raciale et les débats commencent peu après le lancement du film. Mais pour le critique Maltin, « la controverse est injustifiée. Les corbeaux sont noirs, mais ce sont des personnages de couleur noire, pas des stéréotypes de noirs. ». Les équipes de Disney+ ont décidé d’afficher un message de prévention au début du dessin animé. Ils y affirment que le long-métrage peut « comporter des représentations datées et/ou un traitement négatif des personnes ou cultures ».

Dumbo après 1941

Depuis, le célèbre Dumbo est apparu dans de nombreux films et séries comme Dumbo’s Virus et Qui veut la peau de Roger Rabbit. De plus, de nombreuses attractions dans les Disneyland du monde entier lui sont consacrées. 

En 2019, l’éléphant aux grandes oreilles a même le droit à son propre live action. Mêlant prises de vues réelles et images de synthèse, le nouveau long-métrage est réalisé par le célèbre Tim Burton. Ce dernier le considère par ailleurs comme le meilleur lancement depuis 2010 avec le live action de Alice aux Pays des Merveilles. Et de fait, le live action Dumbo a récolté plus de 45 millions de dollars de recettes. 

À lire aussi : C’était il y a 60 ans … Les 101 dalmatiens, le Disney canin

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFootSport

Neymar forfait contre Leipzig

À la uneCinémaPop & Geek

DC Films : Le trailer de Black Adam a été dévoilé

À la uneSéries TvSorties

On a été voir ... le spectacle musical des Mystérieuses cités d'or

À la uneCinémaPop & Geek

The Flash : la première bande annonce accueille le Batman de Michael Keaton

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux