La façade d’une boucherie musulmane située dans la station balnéaire de Propriano, en Corse du Sud, a été mitraillée dans la nuit de mardi à mercredi, a-t-on appris de source judiciaire.

L’établissement, qui se situe dans le centre-ville, a été « atteint par des tirs à l’arme lourde en rafales« , a indiqué Eric Bouillard à l’AFP. Selon le procureur de la République d’Ajaccio, il pourrait s’agir d’un fusil d’assaut. Aucune victime n’est à déplorer. Un restaurant de kebab a également été la cible de tirs.

Cet événement intervient un mois après un violent guet-apens contre des pompiers dans la nuit de Noël 2015 à Ajaccio. Une manifestation réunissant 600 personnes avait dégénéré et un lieu de culte musulman a été dégradé.

Une équipe de pompiers avait initialement été appelée pour un banal incendie de végétaux dans le quartier populaire dit des Jardins-de-l’Empereur, à Ajaccio. Mais très vite les pompiers sont victimes d’agressions physiques et sont molestés par des jeunes cagoulés. Au lendemain de ces incidents gravissimes, une manifestation a tourné à l’expédition punitive. Un lieu de culte musulman situé dans le quartier Saint-Jean, toujours à Ajaccio, a été vandalisé et des livres du Coran brûlés.

La station touristique de Propriano en Corse. Source : Ladepeche.fr

La station touristique de Propriano en Corse. Source : Ladepeche.fr

L’inquiétante augmentation des actes anti-musulmans
Insultes, menaces ou encore incendies de mosquées, l’année 2015 se caractérise par une recrudescence des actes anti-musulmans, ces derniers ont été multipliés par trois en un an.

Si les chiffres ne sont pas encore définitifs, le bilan s’annonce d’ores et déjà tristement historique. Pour la simple année 2015, plus de 400 actes anti-musulmans ont été officiellement recensés en France. Ces chiffres marquent une augmentation de 200% des actes anti-musulmans par rapport aux 133 comptabilisés l’an passé, comme le révèle la Délégation interministérielle à la Lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra).

La classe politique condamne unanimement ces actes sur Twitter
Le premier ministre, Manuel Valls a vivement réagi sur Twitter, qualifiant des « actes intolérables ».

Nicolas Dupont-Aignan dénonce quant-à lui des agissements lâches et honteux

À lire aussi : Nord : il tue son bébé qui l’empêchait de jouer aux jeux vidéo