Sport

Coupe de l'America : un nouveau challenge pour la France

La Coupe de l’America : le saint-Graal des courses nautiques nous donne rendez-vous pour sa 35ème édition, à l’horizon 2017.
Le Team France dispose donc de trois ans pour assurer leur participation, a priori sur des catamarans de 62 pieds (19 mètres). Franck Cammas prendra la tête de l’équipe, accompagné par deux autres noms : Michel Desjoyeaux et Olivier de Kersauson.

Le défi est de taille ; 20 millions d’euros par an, c’est la somme démesurée que devront récolter les skippers pour mettre à flots leur double-coques. En jeu, l’assurance de participer à la course majeure de la voile. Pour ce faire, le triptyque comptera sur le soutien de Groupama, actuel sponsor de Cammas, pendant deux ans. Pas de quoi se rassurer totalement donc, les chiffres avancés ne correspondant qu’à une somme plancher pour pouvoir partir.

Autre écueil, les trois navigateurs n’ont pas encore formé l’équipage, ni l’équipe technique pour la Cup. Le maître-mot : « unir le plus de talents français », assure Franck Cammas. Michel Desjoyaux souligne : « on doit en être fiers et être capables de rassembler ». Aux dires des créateurs du Team France, il faudra compter sur une équipe de 80 personnes. Parmi eux, les architectes et designers qui s’enfuient en ce moments vers d’autres projets à l’étranger, et que les Français aimeraient retenir. C’est le cas du skipper Loïck Peyron, co-barreur de l’équipe suédoise Artemis Racing.

Et si nos marins sont dans l’urgence, c’est que les contours de la course se dessinent : les organisateurs devraient opter pour des bicoques de 62 pieds (19 mètres de long pour 12 mètres de large), propulsés par une aile rigide, avec un foc. Les équipages devraient se limiter à huit membres, contre 11 en 2013. Les bateaux seront donc légèrement moins imposantes que lors du précédent circuit : Les navires s’étendaient jusqu’à 22 mètres pour 14 mètre de largeur.

Des vaisseaux réputés très physiques. Une aubaine pour Olivier de Kersauson, qui affectionne ce type de corvettes. Les créateurs s’empareront de l’expertise de Michel Desjoyaux, double vainqueur du Vendée Globe, chargé du volet technologique du projet. Et si, in fine, la chance souriait aux audacieux tricolores ?

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéJeux olympiquesSport

Ca ressemblait à quoi les JO de Paris 1924 ?

À la uneJeux Olympiques Paris 2024Sport

Comment fonctionnent les "voies olympiques" qui commencent aujourd’hui ?

À la uneJeux Olympiques Paris 2024Sport

5 grands moments de la flamme olympique le 14 juillet à Paris

À la uneJeux Olympiques Paris 2024Sport

Jeux Olympiques 2024 : quelles sont nos grandes chances de médailles ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux