Ça y est, Donald Trump a franchi la barre symbolique des deux mille mensonges prononcés depuis le début de sa présidence. C’est le décompte entrepris par le « Fact Checker » du Washington Post qui nous le révèle. À cinq jours de fêter son investiture, le président américain n’en finit plus d’aligner les « fake news ».

Le cap des 2000 mensonges dépassé

« Les réductions d’impôt totalisent 5,5 milliards de dollars, et la plupart de ces avantages vont aux familles qui travaillent, aux petites entreprises et à qui ? à l‘agriculteur de la famille » a-t-il dit le 8 janvier pour dépasser la barre des 2000 « déclarations fausses ou trompeuses ». Cette contre-vérité est grossière, Donald Trump ne parle que des baisses d’impôts sans compter les hausses. Glenn Kesser, journaliste au Washington Post, lui rétorque que sa réduction d’impôt ne sera en fait que d’1,5 milliards de dollars. Une approximation qui coûtera donc 3 milliards de dollars aux « familles qui travaillent ». 

Emplois, élections, impôts, environnement

Emplois, élections, impôts, environnement, on ne compte plus les domaines dans lesquels Donald Trump s’est prononcé à tort. Au palmarès des mensonges les plus répétés : la hausse de la bourse qui entrainerait tout d’un coup la hausse des embauches. Ce mensonge a été répété 91 fois depuis le 16 février 2017.
La deuxième place de ce classement est attribuée à un mensonge sur l’Obamacare. La réforme de Trump aurait tué cette assurance maladie. En le répétant 61 fois en un an, le président américain aura tenté de faire rentrer cette idée dans la tête des gens. Pourtant les demandes d’assurance maladies et les souscriptions à l’Obamacare sont encore nombreuses.
Enfin, pour clôturer le podium des fake news présidentiel, on retrouve un mensonge répété 61 fois depuis le 6 mars dernier. Donald Trump se félicite d’avoir pu, à lui seul, relancer l’industrie automobile aux Etats-Unis tandis que c’est les entreprises qui avaient prévu d’embaucher des travailleurs américains avant son élection.

Prochain point l’année prochaine. S’il veut battre son record, il faudra que Donald Trump ne faiblisse pas et garde son rythme en prononçant six fake news par jour.

À lire aussi : Donald Trump ne veut plus des immigrés de « pays de merde »