À la uneSantéSociété

Encore des dettes : la dette de sommeil

La doctoresse Joëlle Adrien, présidente de l’institut national du sommeil, a accordé une interview au magazine le Point. Auteure de “Mieux dormir et vaincre l’insomnie”, elle est experte dans le domaine. De cet entretient, un lien a été fait entre bonne hygiène de vie et qualité du sommeil. De plus, le phénomène de dette de sommeil a été évoqué. Explications…

Le terme de “dette” est de manière générale utilisé pour parler de dettes économiques ou budgétaires. Ici, il est employé pour évoquer sommeil. En effet, quand la fatigue s’accumule, elle est difficile à récupérer. Même le week-end. Certaines personnes sont des couche-tard/lève-tard. Mais, le train de vie qu’ils adoptent ne leur permettent pas de respecter leurs besoins vitaux. Ces individus deviennent alors des couche-tard/lève-tôt. Ce qui provoque des dettes de sommeil. Le docteur parle de ce phénomène en soulignant l’impact négatif pour la santé. À savoir que cette dette de sommeil concerne une majorité de la population. En effet, 30 % des jeunes adultes sont touchés chroniquement par cet handicap. De quoi s’inquiéter…

 Les écrans : responsables ? 

Selon la doctoresse Adrien, chaque individu a été réglé en fonction d’une horloge biologique. Mais malheureusementles écrans perturbent l’horloge biologique et diminuent la qualité du sommeil. Et dans certains cas, les écrans accentuent la dette de sommeil. Joëlle Adrien a ainsi considéré ces derniers comme une « dérive sociétale ».

Une Solution pour combattre cette dette 

Contre toutes attentes, il est anormal d’éprouver de la fatigue en milieu d’après-midi. Le docteur a donc expliqué qu’il ne fallait pas combattre cette fatigue, mais plutôt la satisfaire. La technique : faire une sieste d’une durée maximale de vingt minutes. Au-delà, le réveil devient compliqué et vous perturbez « votre capital sommeil réservé à la nuit suivante ».

Pour palier à ce phénomène, l’experte a recommandé activement à ceux qui ressentent le besoin de se reposer. Un repos qu’il est même possible d’envisager sur son lieu de travail, en respectant la règle des vingt minutes. En outre, les entreprises devraient privilégier une salle de repos. 

 

 

 

 

A lire également : 

 

About author

étudiante en journalisme à L'ISFJ
Related posts
À la uneArt / ExpoCultureSexeSociété

« De l’amour » : l’exposition coup de coeur

À la uneBrèvesCinémaSéries Tv

Grease : une série dérivée en développement chez HBO Max

À la uneActualité

Maltraitance Animale : L214 publie une vidéo choc sur le calvaire des veaux

À la uneBrèves

Uber lance Uber Pet pour voyage avec son animal de compagnie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux