À la uneActualitéFrance

Euro 2016 : la France face aux enjeux sécuritaires

Ce week-end, deux faits d’une extrême violence ont eu lieu à plus de 5 000 km l’un de l’autre. À Marseille, des violences en marge de l’Euro de football opposant supporters russes et anglais se sont déroulées près du Vieux-Port. Un homme est toujours dans le coma. De l’autre côté de l’Atlantique, un attentat a eu lieu dans une boite de nuit en Floride, entraînant la mort de plus de 50 personnes et d’au moins autant de blessés. Ces faits ont une résonnance toute particulière en France. Ils illustrent parfaitement les enjeux face auxquels l’Etat est confronté pendant l’Euro 2016 : terrorisme et hooliganisme.

Les attentats de Paris encore dans tous les esprits

Après avoir subi deux attentats en janvier 2016 et novembre 2015, la France a relevé le défi d’organiser la compétition. Le danger est bien réel, comme nous le rappelle l’arrestation d’un Français de 25 ans en Ukraine. Il projetait d’orchestrer pas moins de 15 attentats pendant l’Euro 2016. Les services de renseignement britanniques et américains ont même envoyé une note à leurs expatriés, les invitant à éviter les zones publiques de forte affluence.

A lire aussi : Euro 2016 : interdiction de retransmettre les matches en terrasse

 Face à la menace, l’Etat français a mis tout un dispositif en place : application mobile « alerte attentat », contrôles systématiques à l’entrée des fameuses « fanzones », contrôles renforcés à l’entrée des stades, déploiement de forces de police supplémentaires ; l’arsenal est complet. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré que le gouvernement prenait « 100 % de précautions »,  en ajoutant que le risque zéro n’existait pas.


La menace terroriste, étant la plus récente et la plus pesante, a éclipsé des violences d’un autre type, pourtant courantes dans les manifestations sportives. Le hooliganisme, particulièrement présent dans le monde du football, est également au cœur des défis sécuritaires actuels du pays.

Le hooliganisme, phénomène éclipsé par la menace terroriste

Le hooliganisme n’est pas un phénomène nouveau. On en retrouve les traces dans les stades anglais dès les années 1960. Le sommet de violence est atteint dans les années 1980 avec le drame du Heysel, où des dizaines de personnes sont tuées suite à des bousculades causées par des hooligans. À partir de là, des politiques globales de supporters sont mises en place : exclusions de stade, dissolution de groupes de supporters, réaménagement des tribunes… La chasse aux hooligans est menée dans toute l’Europe. Malgré tout, des faits de hooliganisme réapparaissent régulièrement dans l’actualité.

A lire aussi : Euro 2016 : 35 blessés dont un grave en marge d’Angleterre – Russie

Et en pleine compétition internationale, ce fléau alors masqué par la menace terroriste, réapparait subitement. Le samedi 11 juin, des heurts éclatent entre supporters anglais et supporters russes en plein cœur de Marseille. On dénombre plusieurs blessés graves, dont un qui est toujours entre la vie et la mort. Pour répondre à ce trouble inopiné, des mesures ont été prises à plusieurs niveaux. Conjointement avec les polices des pays participant à l’Euro 2016, 180 policiers sont spécialement affectés à cette lutte. Aux frontières, plus de 2000 individus de différentes nationalités ont également été interdits de territoire. La vente d’alcool dans les lieux considérés comme « sensibles » est aussi interdite les veilles et jours de match. Enfin, l’UEFA pourrait priver de compétition les équipes de Russie et d’Angleterre en cas de nouvelles violences de leurs supporters.

La France est définitivement bien consciente des deux menaces principales qui pèsent sur l’Euro. L’une a déjà frappé. Espérons que ça ne soit pas le cas pour l’autre.

Crédit photo à la une : afp.fr

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSportTennis

Résumé de la 2ème journée de Roland-Garros 2020

À la uneActualitéInternationalPolitique

Le match Pence/Harris : De l'importance du vice-président

À la uneActualitéFranceSport

Cyclisme : Julian Alaphilippe, de l'armée jusqu’au trône mondial

À la uneBrèvesMédias

Opéré du cœur, Michel Drucker repousse sa rentrée sur France 2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux