ActualitéInternational

Facebook : ce qu’il prévoit pour limiter la diffusion d’images terroristes

Photo de Mark Zuckerberg

Mercredi 15 mai, Facebook annonce en lien avec “l’appel de Christchurch” des mesures pour la fonctionnalité “Facebook Live”. Le réseau social veut limiter la diffusion en direct d’images terroristes.

Facebook aurait une solution

En réponse à ce problème, le réseau social annonce mercredi 15 mai plusieurs mesures dans un communiqué. Premièrement, l’utilisation de “Facebook Live” sera interdit à toute personne qui aurait enfreint les “politiques les plus sensibles”. L’entreprise apporte une précision sur cette fonctionnalité. « Quelqu’un qui partage un lien vers un communiqué d’un groupe terroriste sans élément de contexte se verra immédiatement interdire l’utilisation de Facebook Live”. Et ce, pour une période déterminée ». L’interdiction dure trente jours pour l’utilisateur.

Cependant la restriction d’accès est seulement temporaire. Seules les personnes qui ont déjà enfreint les règles de Facebook verront cette fonctionnalité leur être retirée. Ainsi, la nouvelle fonctionnalité peut donc limiter les abus, mais pas totalement les empêcher.

Le réseau social s’attaque à un autre problème. Les copies de ces vidéos. La vidéo de Christchurch a engrangé 200 vues en direct. Mais également 4 000 avant d’être supprimée. Facebook souhaite alors régler ce problème. Il annonce avoir supprimé en 24 heures, 1,5 million de copies. Les versions modifiées du massacre ont « rendu leur détection difficile pour nos systèmes » .

Un investissement dans la recherche

Le réseau social décide alors d’investir dans la recherche afin de développer des technologies plus pousser. L’idéal serait de détecter automatiquement des copies modifiées. L’entreprise annonce des partenariats avec des chercheurs des universités. Des chercheurs du Maryland, Cornell et Berkeley « pour un total de 7,5 millions de dollars ». L’entreprise ajoute également que l’entreprise pourra lutter « contre les contenus manipulés » et les « Deepfakes ». Il y a encore cependant beaucoup de progrès à faire.

A LIRE AUSSI : La prise d’otages à Blagnac était en live sur Facebook

Continuez votre lecture
À la uneActualitéBons PlansCultureÉtudiantSoiréesSortiesSportVie Étudiante

Plongez dans l'univers des ND4J rennaises

À la uneActualitéCultureSéries Tv

Game of Thrones, c’est fini…

À la uneActualitéFrancePolitique

Notre-Dame : la ville de Lyon renonce à verser son aide de 200 000 euros

ActualitéFestivalMusique

Aya Nakamura en tête d'affiche pour Calvi on the rocks

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux