Après avoir décollé outre-atlantique direction la Fashion Week de New York, pourquoi ne pas opter pour l’Eurostar, dans le pays du Fish and chips, pour une virée glamour à la Fashion Week de Londres ? La rédaction de VL vous propose un récapitulatif des tendances et moments forts, qui ont bousculé la planète mode du 16 au 20 février 2018. So, are-you ready ?

Is-that a joke ? Non, the Queen Elizabeth II était bien présente à la Fashion Week…

Quand deux reines se rencontrent, cela donne un savoureux mélange entre sa majesté la reine d’Angleterre et la Fashion Queen Anna Wintour, qui n’est autre que la rédactrice en chef du Vogue américain. La souveraine, avant d’assister au défilé du jeune créateur Richard Quinn, s’est évertuée a souligné le savoir-faire britannique en matière de textile. Elle-même portait ce jour une robe bleu pastel en tweed et a déclaré :« Du tweed des Hébrides à la dentelle de Nottingham en passant par Carnaby Street, notre industrie de la mode est réputée pour son savoir-faire exceptionnel depuis de nombreuses années, et continue à produire des textiles de classe mondiale et des créations à la pointe du progrès ». La reine a par la même occasion congratulé le styliste Richard Quinn en lui remettant le tout premier  » Queen Elizabeth II award for british designer », qui est une récompense visant à promouvoir le talent et l’inventivité du jeune homme. Une future collaboration est-elle en train de prendre forme entre l’artiste et la famille royale ? Il est vrai qu’à ce jour tous les yeux sont rivés sur la ravissante Meghan Markle, à l’occasion de ses noces avec le prince Harry. Ainsi, les questions fusent quant au choix du créateur de sa robe de mariée. En tout cas, la Famille Royale n’a pas manqué de publier de nombreux clichés sur son compte officiel Twitter, pour se rappeler de la journée unique et singulière menée par la doyenne de Buckingham Palace.

 

© Capture d’écran Twitter

© Capture d’écran Twitter

© VOGUE

 

Côté tendances, on ose le rose !

A la Fashion Week de Londres, on a opté pour l’option « Pink Power ». En effet, de nombreux créateurs ont pour la collection Automne-Hiver 2018-2019, mis sur le devant de la scène la soi-disant « couleur des filles ».  J.W Anderson ou Molly Goddard ont choisi d’habiller une bonne partie de leurs modèles avec un « Millenial pink« , qui s’avère être un rose teinté de pêche. Nicopanda, quant à lui a refait vivre une icône de nos souvenirs d’enfance, en faisant scintiller des jupes à l’allure bling-bling en tissu éponge et parsemées de fil doré. Qui a dit que le rose « Barbie » n’avait pas sa place pour cet évènement ?

© NIKLAS HALLE’N / AFP

Côté excentricités : zoom sur des accessoires et des tenues pour le moins originales et osées.

Premier sur la liste, J.W Anderson n’y a pas été avec le dos de la cuillère côté objets farfelus. Cette année, il a joué la carte de la nouveauté en proposant un show fusionnant les collections de prêt-à-porter masculin et féminin, preuve que deux publics peuvent au final n’en former qu’un. On retrouve tout d’abord la gourmandise préférée d’Homer Simpson sous forme de portes-clés accrochés aux passants des ceintures pour hommes. A cela s’ajoute une collection de baskets en enduit plastifié brillant et lacets dépareillés.

La britannique Matty Bovan a choisi de surélever ses mannequins, prêts pour un voyage en montgolfière, avec leurs imposants chapeaux faits de ballons gonflables aux couleurs tigrées, rouges, dorées et argentées, retenus par des filets.

© NIKLAS HALLE’N / AFP

Pam Hogg a avancé sur le front-row une version adulte du Soldat Rose. Les jeunes femmes étaient toute en transparence et fortement maquillées comme des poupées anciennes, avec un blush rose et une bouche rouge. Par ailleurs,  elles se parèrent d’un képi bleu ciel et doré aux connotations de l’olympe comme le rappelle l’aigle de Zeus doré et figé sur le haut de leur chevelure. La maîtresse de la provocation a habillé la seconde partie de ses modèles de tenues légères faites de nylon teinté en noir et serties de froufrous en tulle, aux couleurs acidulées et enfantines. On a l’impression d’une escapade à la fête foraine…

© Imaxtree

And the icing on the cake : Edwin Mohney nous offre la rocambolesque robe préservatif et les  » Trompettes », qui sont des escarpins ornés de masques Donald Trump.

© Reuters

© Capture d’écran Instagram

 

Le show le plus émouvant de la Fashion Week Londres : Burberry

Pour tirer sa révérence, toujours fidèle à brandir haut et fort ses convictions, le créateur a proposé une collection Rainbow pour rendre un hommage poignant à la communauté LGBTQ. Cet emblème des communautés précédemment citées s’est retrouvé sur une longue cape en fausse fourrure portée par le mannequin Cara Delevingue ou encore en tissu imprimé sur une très longue jupe blanche en coton blanc. Après une standing-ovation d’un front-row composé entre autre de Kate Moss, Naomi Watts ou Liam Gallagher, il déclara : « Je voulais (que la collection) soit un reflet du passé de Burberry, de notre présent, mais aussi de mon grand enthousiasme quant à ce que le futur réserve pour Burberry ».

© AFP

 

A lire aussi

Dior, Chanel, Elie Saab… Petit récap’ de la Fashion Week Haute Couture Printemps 2018