La saison télé 2017 / 2018 arrive à son terme et l’heure des bilans a sonné. L’occasion pour nous de revenir sur la saison écoulée en matière de fiction française et de dresser tops et flops.

Dans La loi des séries sur VL, nous avons reçu à notre micro toutes les équipes de séries (ou du moins une grande partie) de la saison fiction française. Il est temps de dresser le bilan et d’attribuer nos bons et mauvais points comme chaque année à la même période.

La déception de la saison : le « sacrifice » de nouvelles marques

Sans juger ou pas la qualité, cette saison a été celle où la programmation des chaînes a eu raison de marques qui auraient pu s’imposer dans le cœur du public. Qu’il s’agisse de ContactProf T, et même Lebowitz contre Lebowitz, l’attente trop longue pour lancer ces séries aura eu raison de ces nouvelles marques. Difficile de savoir si elles auraient pu rencontrer un succès mais le manque de confiance n’aide pas le public à être au rendez-vous. Et que dire de la diffusion de Transferts en 2 soirées après avoir rendu possible le visionnage de la série en DVD ou VOD plusieurs jours avant la diffusion et qui en a clairement pâti niveau audiences.

D’autres séries ont eu plus de chance niveau audiences mais aurait sans doute mérité une meilleure exposition et une meilleure diffusion : on pense à Speakerine diffusée à une période moins favorable ou même Maroni (4 épisodes en 1 soirée).

Réécoutez notre émission sur Contact ici
Réécoutez notre émission sur Lebowitz contre Lebowitz ici
Réécoutez notre émission sur Prof T ici

Le plaisir de la saison : Huggy les bons tuyaux dans Cherif (France 2)

Une fois de plus, les auteurs de Chérif n’ont pas lésiné sur les trouvailles scénaristiques démontrant une capacité à ne jamais s’endormir sur leurs lauriers. Ils ont su avec intelligence gérer le départ de Carole Bianic et ont offert au public une relève digne de ce nom en la personne de Aurore Erguy. Mais le beau coup de la série fut de faire venir le temps d’un épisode Antonio Fargas pour reprendre son rôle culte de Huggy les bons tuyaux.

La réussite de la saison : le lancement de Demain nous appartient (TF1)

Personne n’y croyait, tout le monde pensait que la chaîne allait dans le mur. Lancer un feuilleton quotidien en access pouvait être LA mauvaise idée de l’année. Ce fut l’une des grandes réussites. Presque un an après son lancement, Demain nous appartient est un succès qui réunit chaque soir, replays compris, 3.6 millions de personnes. TF1 a réussi son pari, et France 2 lui emboîte le pas à la rentrée avec Grand Soleil.

Réécoutez notre émission sur Demain nous appartient ici

Le réalisateur de la saison : Vianney Lebasque (Les Grands saison 2)

On l’a dit et redit, Les Grands a su monter d’un cran sur sa saison 2, oscillant entre la comédie et le drame, proposant de vrais beaux moments. Une fois encore, la réalisation de Vianney Lebasque sur ces 10 épisodes a été magistrale. On en redemande encore. Le jury du Festival de la Fiction TV ne s’y est d’ailleurs pas trompé en lui décernant le prix du meilleur réalisateur pour cette saison 2.

Réécoutez notre émission sur Les Grands ici

La chaîne de la saison : TF1 ex-aequo France 2

Non pas qu’on y ait vu les meilleures séries de la saison mais il est important de souligner quand des paris sont tentés. Que ce soit TF1 (avec DNA, La mante, Les bracelets rouges et bientôt Insoupçonnable) ou France 2 (avec Le chalet, Speakerine), chacune a son niveau tente de bouger ses lignes et de prendre des risques. Il y a encore beaucoup à faire et certains signes indiquent aussi un possible retour en arrière mais ne jamais souligner quand ces chaines bougent n’est pas honnête et juste.

La révélation de la saison : Camille Lou pour Les bracelets rouges et Maman a tort (TF1 / France 2)

On l’a connaissait pour ses participations à des comédies musicales ou à Danse avec les stars et beaucoup de gens se gaussaient de la voir débarquer dans des fictions télé. Et pourtant en deux séries, Camille Lou est parvenue à nous surprendre par son jeu à la fois simple, naturel et bourré d’émotions. Dans Maman a tort, elle confirme tout le bien que l’on pense d’elle en nous offrant (vers la fin de la série) des moments d’une grande justesse et d’une grande délicatesse. On aurait tort de la sous-estimer, elle va nous surprendre dans les mois à venir.

Avant d’en venir aux tops de cette saison, deux catégories totalement subjectives et assumées comme telles. Vous ne serez sans doute pas d’accord. Mais on veut mettre en avant une comédienne et un comédien que l’on a adoré voir cette saison. On ne dit pas que ce sont les meilleurs. Juste les deux mis en lumière.

La comédienne d’honneur de cette saison : Audrey Fleurot à la fois pour Engrenages et pour Un village français (Canal+ et France 3)

Bluffante. Dans ses deux séries phares, la comédienne est à tomber par terre. Ses personnages traversent tous les deux de grandes épreuves, difficiles, et elle les restitue de manière magistrale. Avec une préférence pour Un village français. Non seulement c’est brillamment écrit mais elle est juste remarquable et bouleversante.

Réécoutez notre émission sur Un village français ici

Le comédien d’honneur cette saison : Robin Renucci pour Un village Français (France 3)

Si les évolutions du personnage de Larcher ne nous ont pas toujours convaincu, ce que traverse le personnage depuis la saison 6 est d’une grande force. Mais en saison 7, c’est une explosion d’émotions avec un Robin Renucci au sommet de son talent. Les derniers instants du personnage (et de la série) sont un sommet sériel que l’on doit aussi bien à l’écriture de Frédéric Krivine qu’au jeu incroyable de Robin Renucci.

Le scénariste de la saison : Frédéric Krivine pour Un village français (France 3)

C’est sans doute l’une des séries qui nous a fortement touchée cette saison. Frédéric Krivine a su durant 7 saisons superviser l’écriture de la série et de la faire progresser d’année en année. Mais il a donné à ces 6 derniers épisodes une densité et une force qui rapproche Un village français des plus grandes séries tous pays confondus.

Redécouvrez notre critique de la fin de Un village français ici

La mention spéciale de la saison : Les bracelets rouges (TF1)

En une saison, ce projet de remake dont on attendait pas forcément grand chose s’est transformé en une très belle réussite, un petit bijou d’émotions brutes porté par une bande de jeunes comédiens que l’on aime déjà beaucoup et qu’on surveille de très près. Si la saison 2 est du même niveau (le plus dur est de confirmer), TF1 tient une grande et belle série.

Réécoutez notre émission sur Les Bracelets rouges ici

COUP DE CŒUR DE LA SAISON :
Les grands saison 2 (OCS)

A tous les postes, il y a une incroyable confirmation d’un talent perceptible dès la saison 1. Les Grands démontre ce que donne une série française quand elle est digne de ses consœurs anglo-saxonnes tant au niveau de l’écriture, de la réalisation que de la production et du jeu.

Redécouvrez notre critique de la saison 2 de Les Grands ici

COUP DE CŒUR DE LA SAISON (2) :
Nox (Canal+)

Nous ne voulions pas oublier Nox, mini série d’horreur diffusée sur Canal+ et qui nous a plus surpris, enthousiasmé malgré un sujet difficile. Si le début peine un peu, la seconde partie de la série nous emmène dans les recoins sombres de l’âme humaine. A (re)voir notamment pour la composition de Malik Zidi.

Découvrez notre critique de Nox ici

LA SÉRIE DE LA SAISON :
Un village français saison 7 (France 3)

C’est la première fois depuis que l’on fait ce bilan annuel qu’une série soit à ce point leader dans toutes les catégories. Mais ce qu’a fait Un village français dans cette saison 7 doit servir de maître étalon en niveau de qualité à notre fiction. Si l’on peut maintenir un tel niveau, rien ne pourra nous résister.

Et vous, qui auriez-vous récompensé ?