Titulaire au poste de demi de mêlée ce samedi face à la Nouvelle-Zélande, le jeune rugbyman français de 20 ans Antoine Dupont a réalisé un grand match malgré la défaite (18-38) de l’équipe de France. Le Toulousain est clairement l’homme de la partie côté tricolore.

Si les Bleus ont été largement battus (38-18) samedi au stade de France par la Nouvelle-Zélande lors de leur premier test-match d’automne, un joueur n’a, lui, pas déçu. Pour sa première titularisation sous le maillot frappé du coq, en quatre sélections, Antoine Dupont n’a pas été impressionné par l’ogre all black.

Même lorsque les Néo-Zélandais récitaient leur rugby en première période, le demi de mêlée toulousain s’est montré à son avantage. Sur le plan défensif, d’abord, puisque c’est lui qui vient sauver son camp ou du moins retarder l’échéance, notamment face à son vis-à-vis Aaron Smith en début de rencontre (9e, 12e). Du haut de son mètre 74, il s’est souvent retrouvé au cœur du combat face à des joueurs bien plus imposants que lui. Et n’a manqué aucun plaquage du match.

90 mètres parcourus

Offensivement aussi, le jeune numéro 9 tricolore s’est signalé par ce demi-tour et cette course magnifique à la réception d’une chandelle de Beauden Barrett (30e), qui a fait gagner du terrain à son équipe en une fraction de seconde. Il a d’ailleurs parcouru 41 mètres au cours du premier acte, 90 durant toute la rencontre, ce qui fait de lui le joueur ayant le plus avancé.

Au retour des vestiaires, c’est encore lui qui sonne la révolte française. D’abord en orchestrant bien le jeu sur une bonne séquence suite à laquelle les Bleus scoreront grâce à une pénalité de Belleau. Puis en se faisant la malle au cœur de la défense néo-zélandaise, initiant l’action qui sera conclue par un essai de pénalité (46e).

« A la mi-temps, on s’est regardés dans les yeux »

Sur l’essai refusé à Teddy Thomas (56e), il est encore à la baguette et se distingue par ses libérations rapides. « On se devait de réagir après une première période où on n’existe pas (…) A la mi-temps, on s’est tous regardés dans les yeux. Le cœur a parlé », confiait Antoine Dupont après la rencontre
« On a vu les qualités individuelles d’Antoine, sa capacité à faire des différences. Il progresse beaucoup », jugeait de son côté le sélectionneur Guy Novès.

Tout au long de la partie, la révélation de la saison passée, transférée de Castres au Stade Toulousain cet été, a fait parler sa vitesse, sa justesse et son intelligence de jeu. Une prestation à l’image de son brillant début d’exercice 2017-2018 dans la Ville Rose.

Le public du stade de France ne s’y est pas trompé et lui a réservé une belle ovation au moment de son remplacement par Serin (72e). Un public qui a désormais hâte de le revoir sur le pré, samedi prochain, contre l’Afrique du Sud. Avec un score plus heureux ?