Google Brain, département du géant américain spécialisé dans l’apprentissage automatique, dévoilait en mai dernier une nouvelle intelligence artificielle nommée AutoML, capable d’engendrer d’autres systèmes intelligents. Les chercheurs ont dévoilé que cette IA avait généré le 2 novembre dernier un programme surpassant tous ses homologues conçus par l’humain.

Une IA capable d’atteindre la perfection ?

Le programme-mère, nommé AutoML (Automatic Machine Learning), est une intelligence artificielle dont le but est d’engendrer de nouvelles intelligences. Le système agit comme un contrôleur de réseau neuronal, c’est-à-dire un ensemble d’algorithmes inspiré du fonctionnement des neurones biologiques.

AutoML a dernièrement mis au monde une nouvelle IA, baptisée NASNet. Ce programme, spécialisé dans la reconnaissance d’images, a pour mission de reconnaître en temps réel divers objets tels que des voitures, des panneaux de signalisation ou encore des sacs à dos. Le programme est également capable d’identifier des individus avec une précision inégalée.

Expérimenté sur les ensembles de données ImageNet (une base de données d’image organisée) et COCO (un ensemble de données de détection d’objets à grande échelle), le programme « fille » a surpassé tous les systèmes de reconnaissance existant à ce jour. Effectivement, NASNet a atteint une précision de 82,7% pour identifier les données d’ImageNet, soit 1,2% mieux que les précédentes IA. COCO, lui, s’est révélé 4% plus efficace que ses homologues, avec une précision moyenne de 43,1%.

Mieux encore, AutoML évalue les performances de NASNet et utilise ces informations pour améliorer la nouvelle IA, répétant ce processus jusqu’à atteindre la perfection.

À lire aussi : 300 millions de métiers seraient menacés par les robots

Quelles applications ?

Ce programme pourrait ainsi revêtir de multiples utilités. Il pourrait notamment être utilisé afin d’aider les malvoyants à retrouver la vue, ou encore améliorer les techniques de repérage pour les voitures autonomes. A long terme, il pourrait permettre de créer des robots futuristes alimentés par l’I.A. Cette nouvelle laisse donc la porte ouverte à tous les fantasmes.

À lire aussi : Fin de la neutralité du net aux Etats-Unis : un danger pour l’Europe ?