ActualitéInternational

Disparition de la Grande barrière de corail : les scientifiques revoient le bilan à la hausse

La barrière de corail est en train de mourir

Située au large de l’Australie, la Grande barrière de corail est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. Or, ce joyau de notre nature meurt progressivement.

2300 km de long, 2900 récifs individuels, et plus de 900 îles : la grande barrière de corail fait rêver les plongeurs mais aussi les grands voyageurs. Or cette dernière est aujourd’hui en danger de mort. Ses récifs ont connu ces deux dernières années un blanchiment sans précédent. La faute au réchauffement climatique. En effet, la hausse des température de l’eau – particulièrement importante en mars et avril –  entraîne l’expulsion des algues symbiotiques nécessaires pour donner au corail sa couleur et ses nutriments.

la grande barrière de corail meurt

crédit photo : AFP

29% des coraux sont en train de dépérir

Le problème n’est pas nouveau. Les premières estimations des scientifiques avaient laissé penser que 22 % des coraux avaient été détruits en 2016. Or, cette estimation a dernièrement été revue à la hausse. Lundi 29 mai, Russel Reichelt, le président de l’Autorité gouvernementale de conservation de la grande barrière, a émis des prédictions alarmantes: «La quantité de coraux qui ont péri lors du blanchissement de 2016 est en hausse par rapport à notre estimation initiale et, actuellement, bien que les rapports soient en cours de finalisation, nous nous attendons à voir un recul supplémentaire de la couverture coralienne à la fin 2017 ». En effet, près de 29 % des coraux seraient finalement en train de dépérir.

« Les récifs endommagés en 2016 n’ont aucune chance de se rétablir »

Et les dégâts risquent d’être plus importants encore. Si ce phénomène s’est déjà produit à trois reprises dans l’histoire moderne – en 1998, 2002 et 2016 –  c’est la première fois que les dégâts sont si élevés deux années de suite. Comme le souligne James Kerry, biologiste à l’université James Cook en Australie, « deux épisodes graves de blanchissement à douze mois d’intervalle font que les récifs endommagés en 2016 n’ont aucune chance de se rétablir ».

Au total, plus de 1500 kilomètres de récifs ont été affectés entre cette année et l’année dernière. Les zones sont cependant inégalement touchées. Si les secteurs au sud ont échappé au pire, ceux au nord de la localité touristique de Port Douglas, ont vu 70% de leurs coraux des eaux de surface périr.

 

Related posts
À la uneActualitéBrèvesÉtudiantFranceSociété

Le Brevet des collèges décalé à cause de la canicule

A Votre SantéActualitéNon classé

10 astuces pour résister à la chaleur.

À la uneActualitéCultureFestivalMusique

Les Solidays 2019, un succès de plus dans la lutte contre le Sida.

À la uneActualité

Un deuxième bar "L'Heure du Jeu" va ouvrir à Rennes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux