International

Haut-Karabakh : comprendre le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Le 27 septembre 2020, un conflit de plus d’un siècle s’est réveillé dans la région du Caucase tout près de l’Europe. Il oppose l’Arménie à l’Azerbaïdjan. Les deux pays se disputent la région du Haut-Karabakh (pouvant s’écrire Haut-Karabagh), un état séparatiste peuplé majoritairement d’arméniens mais incorporé à l’Azerbaïdjan.

Carte du Haut-Karabakh

D’où vient ce conflit ? 

Cette région est composée d’ancienne républiques soviétiques. C’est Joseph Staline lui-même qui a dessiné les contours de la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan au début de l’URSS en 1921 alors qu’il n’était que « commissaire aux nationalités de la Russie soviétique ». 
Il décide alors d’attribuer deux territoires historiquement peuplés d’arméniens à l’Azerbaidjan: le Nakhitchevan et le Haut-Karabakh… Selon le journaliste d’origine arménienne Tigrane Yégavian, Staline répondait à deux idées. D’abord « diviser pour mieux régner » et ensuite donner un gage d’amitié vis-à-vis de l’Azerbaidjan turcophone qui, à cette époque possède déjà beaucoup de pétrole. Cette délimitation dessinée par Staline était donc déjà vouée à l’échec.

Lors de la dissolution du bloc URSS en 1991, ce territoire s’est autoproclamé République indépendante lors de la chute de l’URSS en 1991. 

Plus :L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent

Pourquoi se battre pour ce territoire ? 

Ces territoires sont géographiquement stratégiques car desservis par la mer Caspienne et la mer Noire. L’Arménie est également située entre deux entités turcophones, et les nationalistes turcs rêvent de réaliser une unité entre Turquie et Azerbaïdjan, et comme vous le voyez sur la carte, le seul obstacle est l’Arménie. De leur coté, les Arméniens sont soutenus par la Russie car elle y possède une base militaire importante et stratégique.

Les autorités arméniennes ont également dénoncé la présence d’avions turcs dans les combats.

Comment réagit la communauté internationale ?


Emmanuel Macron a dénoncé cette présence turque. Selon lui, la Turquie a envoyé 300 combattants djihadistes syriens rémunérés pour combattre au côté de l’Azerbaidjan. La France, la Russie et les États-Unis appellent au « cessez-le-feu » mais le président turque Erdogan contre directement cette initiative et dément formellement avoir envoyé des djihadistes syriens.

Le 5 octobre 2020, le conflit a battu le triste record de 200 morts en un jour. On parle en tout de 4000 morts en 2 mois de combats.

Depuis le 9 novembre, la Russie a annoncé un cessez-le-feu total dans cette zone. De son côté, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, s’est félicité d’une « capitulation » de l’Arménie. 

Les arméniens brûlent leur maison juste avant de quitter leur territoire

L’Azerbaïdjan va donc officiellement reprendre le territoire du Haut-Karabakh ce dimanche. Depuis l’annonce du cessez-le-feu, les arméniens fuient vers l’Arménie et brulent leur maison pour ne rien laisser aux “turcs”.

Pour mieux comprendre la réalité de l’exode des arméniens : Haut-Karabakh : l’adieu aux racines.

About author

Journaliste VL Media
Related posts
À la uneInternational

Des hommes sur Mars d'ici 4 à 6 ans ?

À la uneInternationalSanté

Le cannabis est-il une drogue dangereuse ?

À la uneCultureInternationalSéries Tv

Julianna Margulies rejoint The Morning Show sur Apple TV+

À la uneInternationalSanté

Le Royaume-Uni approuve le vaccin de Pfizer/BioNTech

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux