Dans un discours prononcé ce samedi à Bagdad, la capitale irakienne, devant le ministère de la Défense, le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a annoncé la fin de la guerre contre l’Etat Islamique (EI). La défaite militaire du groupe terroriste en Irak marque un tournant, après près de trois ans de combats.

Nouveau jour férié

Le commandant en chef Haider Al-Abadi a déclaré que les forces irakiennes contrôlaient « complètement la frontière irako-syrienne » , avant d’annoncer la « fin de la guerre contre Daesh [acronyme arabe de l’Etat islamique]. » « Nous avons gagné par notre unité et notre détermination. Nous les avons vaincus en peu de temps« , s’était-il félicité la veille.

Cette annonce met fin à trois ans et demi de conflit entre les deux forces armées. Le groupe islamiste s’était emparé de près d’un tiers de l’Irak lors d’une offensive menée en 2014. Les forces irakiennes avaient alors lancé une riposte pour reprendre le territoire perdu, aidées par une coalition internationale.

A l’occasion de cette annonce, un défilé militaire s’est déroulé sur la place du monument au soldat inconnu. Pour célébrer cette victoire, le gouvernement a indiqué dans un communiqué la mise en place d’un nouveau jour férié. Des festivités vont se poursuivre dans le reste du pays durant les prochains jours.

« Rester sur le qui-vive »

Malgré cette victoire, le Premier ministre a incité les autorités à ne pas se réjouir trop vite : « C’est une victoire et une fête pour tous les Irakiens, mais en dépit de cette victoire finale, nous devons rester sur le qui-vive. »

En effet, selon les experts, le groupe djihadiste garde une capacité de nuisance et peut encore faire couler beaucoup de sang. C’est notamment l’analyse d’Hicham al-Hachemi, expert des mouvements djihadistes : « Si l’EI ne contrôle plus à proprement parler un centimètre carré du territoire irakien, il possède encore des caches et des dépôts d’armes.»

L’annonce de monsieur Al-Abadi peut aussi s’expliquer par l’élection présidentielle irakienne de mai 2018 : une victoire contre les djihadistes serait un atout pour un nouveau mandat à la tête du pays.
L’armée irakienne a annoncé son intention de nettoyer le Wadi Houran, une vallée située dans la province d’Al-Anbar.

À lire aussi : Saad Hariri, premier ministre libanais, démissionne