Grande tradition annuelle, la Japan Expo fut l’occasion cette année pour les éditeurs japonais de montrer leurs jeux présentés à l’E3. Prenant toujours l’évènement très au sérieux, Square Enix y a présenté ses blockbusters, dont deux grandes arlésiennes.

Voir aussi:

Kingdom Hearts III

Sans doute le plus gros jeu du salon avec Super Smash Bros Ultimate (dont on a donné notre avis ici), Kingdom Hearts III était jouable sur le stand Square Enix. Pour rappel, la licence Kingdom Hearts est un crossover improbable entre les univers Disney et Final Fantasy. Au menu de la démo, deux niveaux testables au choix dont un basé sur Toy Story. Nous choisirons ce dernier par élan de nostalgie pour un film d’enfance de votre chroniqueur. La démo s’ouvre sur un combat dans la chambre d’Andy dont on sortira par la fenêtre afin d’enchaîner sur un magasin de jouets.

Le premier constat qui nous vient est le rendu du jeu tout bonnement bluffant ! Si les longues cinématiques entrecoupant la démo peuvent nous faire croire à de l’esbroufe technique, les transitions avec les phases de gameplay nous rassurent quand au tour de force réalisé par les équipes de Square Enix. Que ce soit par les personnages, les décors ou les expressions faciales, on a l’impression de jouer dans les deux premiers films Toy Story. Le jeu se permet même quelques interactions avec le décor qui font toujours leur petit effet.

Japan Expo 2018 02

Les combats du jeu toujours aussi nerveux conservent néanmoins leur côté brouillon qui en rebutera plus d’un. On notera cependant une réelle volonté de renouveler le gameplay. La phase dans le magasin de jouet par exemple nous met à bord d’un cockpit pour des affrontements de mechas. Chaque mecha est doté d’aptitudes propres et lorsque notre monture est hors service, il faut la changer en s’emparant d’un robot déjà abattu. On espère que ce genre de séquence originale se retrouvera à plusieurs reprises au cours du jeu. Le casque audio défectueux de la borne nous empêchera de juger les musiques de la démo. Toutefois, on a quand même réussi à reconnaître les compositions cultes de Randy Newman.

Si Final Fantasy XV n’a pas réussi à combler une large partie des attentes malgré un développement long et laborieux, Kingdom Hearts III nous rend beaucoup plus optimiste. On pourrait s’étendre pendant des heures sur sa technique de haute volée mais on retient surtout que le titre conserve ce qui a fait la renommée de la licence au fil des ans. Des univers Disney variés, un gameplay nerveux et un scénario qui s’annonce complexe. Aucun doute que le titre plaira aux fans comme aux nouveaux venus. On regrettera l’absence de voix françaises. Tant pis, ce n’est pas ça qui nous fera bouder notre plaisir pour autant. Le jeu sortira le 25 janvier 2019 sur PS4 et XBox One.

Dragon Quest XI

La sortie d’un nouveau Dragon Quest est toujours un évènement en soi. Sorti au Japon simultanément sur PS4 et 3DS, Dragon Quest XI arrivera chez nous seulement sur PS4 et PC à sa sortie. La démo nous a permis d’explorer la map et une ville le tout agrémenté de combats. Cette démo nous a permis d’essayer les différents ajouts apportés à cette version occidentale rendant l’expérience plus confortable. Ainsi, les néophytes apprécieront les menus plus chaleureux, l’ajout d’un doublage et d’une fonction pour sprinter dégraissant les mécaniques d’exploration vieillottes de la série. On notera également dans cet épisode la présence de compétences à débloquer et d’un arbre de talents pour chaque personnages.

Japan Expo 2018 03

Cependant, si l’idée d’un Dragon Quest avec des environnements gigantesques et la possibilité de sauter font rêver, le fantôme de sa version 3DS – notamment la version 2D old school – est toujours présent. Ainsi, toute tentative de sortir un peu du parcours ou de prendre un raccourci via un saut sera entravée par un mur invisible. Le level design met davantage en relief un jeu pensé pour être en 2D plutôt qu’en 3D. Dès lors, l’illusion d’un Dragon Quest en monde ouvert disparaît laissant présager un jeu plutôt tourné à l’ancienne.

Hormis cela, on y a retrouvé tout ce qui fait la recette d’un Dragon Quest. Le système de combat simple n’a que peu évolué et les dialogues sont toujours aussi bien écrits. On y retrouve même les gags récurrents de la série comme le fameux puff-puff. On pestera cependant sur la partie technique avec de l’aliasing et une modélisation vieillissante montrant encore un manque de maîtrise de l’Unreal Engine du côté du Japon. Espérons que la version finale gommera les quelques aprioris que nous a laissé la démo. Après tout, un Dragon Quest est un jeu qui s’apprécie sur la durée. Le rendez-vous est pris pour le 4 septembre 2018 !