À la uneActualitéFrancePolitique

L’ancien secrétaire d’État Jean-Vincent Placé mis en garde à vue

Jean-Vincent Placé

Jean-Vincent Placé, l’ancien secrétaire d’État, a été arrêté cette nuit puis mis en garde à vue. Alors qu’il se trouvait être en état d’ébriété, il aurait profané des insultes à plusieurs personnes dont des policiers.

 

La nuit a dû être longue pour Jean-Vincent Placé. L’ancien secrétaire d’État a été interpellé par les forces de l’ordre dans le VIe arrondissement de Paris. Alors qu’il était installé dans un bar au coeur du Quartier latin, la soirée de ce dernier a brutalement dérapé. Il a fini par être placé en garde à vue à 2 heures 20 ce jeudi matin, son taux d’alcoolémie était alors mesuré à 1,16 gramme selon Europe 1.

 

Insultes raciales

Les conditions de son arrestation sont encore troubles. Dans les méandres de l’alcool, l’ancien secrétaire d’État aurait commencé par importuner une jeune femme qui se trouvait dans le même troquet que lui, rue Princesse. Il aurait insulté la femme de 21 ans de « sale pute », après que cette dernière eut refusé d’être rémunérée pour danser avec lui. Devant ce premier écart de conduite, le videur du bar aurait tenu à le faire sortir. Jean-Vincent Placé lui aurait alors affirmé : «Nous ne sommes pas au Maghreb. Je vais te renvoyer en Afrique». Autre frasque lorsque les hommes de la BAC sont arrivés sur place, l’ancien secrétaire d’État les auraient qualifiés de « connards » et de « tocards ».
Pour sa défense, Jean-Vincent Placé a affirmé avoir été agressé et étranglé par une personne d’extrême droite. La police n’a cependant pas trouvé de coups, ni de strangulation.

 

 

À LIRE AUSSI… Jean-Vincent Placé « centriste »

 

Related posts
À la uneActualitéBrèvesCinémaCulture

Joker : des scènes enlevées car trop folles

À la uneActualitéCinémaCulture

Le Mans 66, une grande Histoire vitesse grand V

À la uneActualitéBrèvesPop & Geek

À la découverte du Village Esport de Paris

À la uneActualitéBrèvesPolitiqueSociété

Sa deuxième demande de remise en liberté rejetée, Balkany reste derrière les barreaux

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux