ActualitéBrèvesFrance

Une jeune fille de 18 ans soupçonnée de préparer un attentat interpellée ce matin à Creil

Une lycéenne de 18 ans a été interpellée ce mardi matin à Creil alors qu’elle était soupçonnée de préparer un attentat. Elle aurait notamment été en contact avec Rachid Kassim, un recruteur français de Daesh.

L’opération s’est déroulé ce mardi 17 février au petit matin au Plateau-Roucher, à Creil, dans le Val d’Oise. Une jeune fille de 18 ans a été interpellée par les enquêteurs de la Direction Générale de la Sécurité Intérieur (DGSI) et par les policiers du Raid. La lycéenne, actuellement en Terminale, est soupçonnée d’avoir préparé un attentat en France.

Creil est une commune française située dans le département de l'Oise.

Creil est une commune française située dans le département de l’Oise.

La jeune fille aurait échangé avec un recruteur français de Daesh

D’après France 3 région, elle ferait partie d’un groupe de jeune fille surnommé “Les lionnes“, en contact avec des djihadistes sur internet via l’application Telegram. La jeune fille aurait notamment échangé avec Rachid Kassim, un recruteur français de Daesh tué par un drone le 8 février dernier à Mossoul. La lycéenne a été placée en garde à vue et les auditions ont commencé dès la fin de matinée.

À lire aussi: Attentat déjoué à Montpelier: Quatre individus interpellés dont une jeune fille de 16 ans

Ces derniers mois de nombreux jeunes, pour la plupart mineurs, ont été interpellées alors qu’ils étaient soupçonnés de préparer un attentat sur le sol français. Deux jeunes filles appartenant vraisemblablement au “lionnes” ont également été interpellées ailleurs en France ce mardi.

 

Related posts
À la uneActualitéBrèvesCultureFormule 1Sport

Formula 1 : Drive to Survive, la date de la saison 2 enfin connue

À la uneBrèvesCinémaSéries Tv

Kaamelott : le teaser et une date de sortie pour le film

À la uneBrèvesSéries Tv

Emergence : TF1 lance sa nouvelle série fantastique

À la uneActualitéFranceInternationalSanté

Un nouveau virus apparu en Chine inquiète l'OMS

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux