À la uneActualitéInternational

Kim Jong-Yang devient le nouveau président d’Interpol

Depuis deux mois, Kim Jong-Yang assurait la présidence en intérimaire depuis que Meng Hongwei, l’ex président d’Interpol a été accusé de corruption par la Chine. Le sud-coréen a été élu pour deux ans par les délégués des Etats membres de l’organisation internationale de la police criminelle face au russe Alexandre Prokoptchouk.

Interpol a été créée dans le but de promouvoir la coopération de la police dans le monde. Basé à Lyon, l’organisation facilite le travail des polices nationales en leur permettant de localiser et d’identifier rapidement les individus recherchés. L’Assemblée générale d’Interpol est réunie depuis dimanche à Dubaï pour élire son nouveau président. C’est dans un tweet que l’organisation a fait connaitre son nouveau président ce mercredi 21 novembre :

 

Une élection sous tension

 Deux candidats se disputaient le poste. Kim Jong-Yang, soutenue par les pays occidentaux et Alexandre Prokoptchouk, un général de la police russe.

Alexandre Prokoptchouk travaille depuis douze ans à Interpol. Il était devenu vice-président en 2016. Avant sa carrière à Interpol, Kim Jong-Yang était chef de la police d’une province en Corée du Sud. Il devient le vice-président en 2015.

Les Etats-Unis et les pays européens ont fortement soutenu la candidature du sud-coréen. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompéo a d’ailleurs déclaré :

« nous encourageons toutes les nations et organisations faisant partie d’Interpol et respectant l’Etat de droit à choisir un chef intègre. Nous pensons que ce sera le cas de M. Kim »

À la suite de l’affaire Skripal, (ancien espion russe tué de manière énigmatique en Angleterre) du côté français et britannique, les délégués n’étaient pas convaincus qu’élire Alexandre Prokoptchouk délivre un bon message. L’Ukraine et la Lituanie avaient même menacé de quitter Interpol dans le cas où le candidat russe deviendrait le président. Face à cette montée des hostilités, la Russie a accusé les médias occidentaux de décrédibiliser le candidat russe.

 

Une disparition énigmatique

Meng Hongwei, l’ancien président d’Interpol a disparu mystérieusement fin septembre alors qu’il effectuait un voyage dans son pays. Ces disparitions sont de plus en plus courantes en Chine ces dernières années. La justice chinoise a déclaré que Meng Hongwei faisait l’objet d’une enquête pour corruption. Depuis son arrestation, l’ex président n’a pas été revu publiquement …

 

Pour rappel, le président d’Interpol est avant tout là pour faire joli. C’est le secrétaire générale, Jurgen Stock qui occupe véritablement le rôle de chef. Ce dernier l’a d’ailleurs confirmé, le statue de président est « essentiellement honorifique ». Un privilège qui fait couler beaucoup d’encre et alimente beaucoup la géopolitique …

 

Lire aussi : Unkut, la fin d’un règne et le début d’une nouvelle ère !

Related posts
À la uneActualitéMusique

« Les Etoiles vagabondes : Expansion » le Nouvel album intimiste de Nekfeu.

À la uneActualitéNon classéSport

CAN : la Côte d'Ivoire et le Mali au rendez-vous, la Tunisie accrochée

À la uneActualité

Science Po: Une nouvelle stratégie de recrutement.

À la uneActualitéFrance

Consultation publique - Quelles espèces considérer nuisibles ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux