À la uneActualitéCultureInternational

La Jean-Pol : Giulia Sarkozy est née, sur les cendres de l’Europe

Paris. Mercredi 19 Octobre, Carla Bruni-Sarkozy est une mère comblée . Pour la seconde fois la vie lui donne cette incroyable félicité, la voici Mère, Giulia est née.
Paris. Le 11 Mars 1811, un aiglon s’envole au son des canons ; le roi de Rome est né, Napoléon tient enfin son héritier . L’Aiglon est né sur les braises d’une Europe que le Père n’aura cessé de diviser, l’autre est née sur les cendres d’une Europe agonisante.

La Jean-Pol est un édito hebdomadaire qui aborde un sujet d’actualité. Elle n’implique que le point de vue de son auteur

Grâce au Ciel les bien mauvaises nouvelles qui nous proviennent du monde entier ont été un temps occultées par un événement heureux, cependant comme d’habitude les réalités les plus désagréables reviennent rapidement au premier plan : L’Europe est en danger . Elle se meurt . Ces gouvernants, le couple “Merkozy” fatigué comme deux étalons en bout de course sont incapables de se mettre d’accord pendant que l’austérité finit d’abattre un peuple Grec lessivé. L’Europe est en danger. Les européens sont incapables de s’entendre. C’est la fin d’une époque, c’est la fin d’une Europe.

Car en fin de compte qu’est-ce que cette ‘Europe ?
L’Europe de 1800 c’est une Europe où l’Empereur dissémine malgré lui les graines d’un mal dangereux : le nationalisme à outrance. L’Europe d’aujourd’hui c’est une ébauche de fédération politique et l’accomplissement d’une alliance économique. La situation n’est-elle pas cocasse de voir que la réussite de l’Europe, sa puissance commerciale et économique dominante s’effrite par manque de gouvernance politique ? L’Europe pour reprendre l’expression consacrée : “est une fédération d’Etats Nations”, un concept aujourd’hui dépassé . Car entre hier et aujourd’hui le contexte a bel et bien changé radicalement.
Qui aurait pu imaginer il y a vingt ans encore l’émancipation presque totale du commerce, de l’économie, de la finance, vis à vis du politique. La mondialisation, un bien ? un mal ? C’est surtout une donnée à prendre en compte dans toutes les équations. L’histoire de l’Europe moderne c’est un peu l’histoire des échecs du monde mondialisé. Unification économique acquise, unité politique nulle. Alors que la crise sévit chaque pays réitère son droit à l’autonomie, et le tout périclite. Le fond de sauvetage, cette immense tirelire, est pris en otage par les intérêts particuliers et les liquidités qu’il devait faire abondé manquent cruellement à des pays asséchés. Les Européens se méprisent entre mauvais payeurs, fainéants, égoïstes, tricheurs, menteurs … Avec le résultat suivant absolument contraire que celui qui était escompté : les peuples européens se replient sur eux même .
Les européens ont peur et se réfugient dans des valeurs sûres, la République, la langue, la culture, la nation, des frontières, et se méfient des entités aux contours flous. L’Europe est condamnable et condamnée car elle est floue . Elle est détestable car elle erre au milieu de son siècle, sans cap , sans objectif, sans définition .

Ni identité religieuse commune rassembleuse, ni identité culturelle, ni de langue commune, pas de frontière, pas d’avenir . Qu’est-ce que l’Europe ? Une alliance commerciale croire en la réalité d’une Europe plurielle, multifonctionnelle, supranationale, c’est idéaliser un corps moribond . Nous avons été incapables pour l’heure de définir les objectifs, l’âme de notre Europe et ceux qui espèrent trouver un lien unificateur ne font que s’illusionner. Sans corps politique, sans volonté politique, sans envie commune, nous pouvons dire Adieu à l’Europe.
Il s’agit alors d’être pragmatique et de trouver des solutions viables:
1/ Enterrer l’Europe. Les souverainistes appelleront les souvenirs du passé et occulteront le présent en faisant appel à une nation autrefois toute puissante , pourquoi pas? Dès lors la question de la pertinence de cette réponse se pose avec ce constat fondamental : la France, l’Allemagne, seules ont-elle les moyens de lutter face à des pays à la taille de continent ? le coq seul face au Dragon, l’aigle allemand face au Dragon, c’est tout une basse cour qu’il faudrait pour triompher…
2/L’approfondissement de l’Europe . Il nécessiterait forcément de modifier en profondeur les habitudes des Européens, et de revenir sur des concepts anciens . La nation est-elle la seule légitime détentrice de la souveraineté ? Ne pourrait-on pas imaginer que l’Europe continent soit elle aussi légitime à proclamer la souveraineté populaire ? Ne pourrait-on pas imaginer une Europe simplifiée où les Etats accepteraient enfin de renoncer véritablement à des prérogatives ubuesques si elles peuvent être du ressort d’une entité nouvelle qui aurait la même légitimité qu’eux. Il faut donc renoncer à l’Europe des traités juridiques, technocratiques, pour fonder celle des citoyens. C’est à ce prix qu’est aujourd’hui la survie dans un monde mondialisé….

En définitive la crise actuelle soulève de nombreuses questions mais surtout souligne un constat effrayant : la construction européenne est en train d’échouer. Peut-être que les états européens parviendront sur le fil à trouver des solutions avec ce talent inné qu’ils ont de trouver des accords à l’arraché . Mais chacun sait que ce ne sera qu’un rafistolage de plus , qu’un chwing-gum sur une fuite plus dangereuse encore. Le type de fuite que même le plus qualifié plombier polonais travaillant en France à un prix battant toute concurrence n’est pas capable de réparer…

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la unePop & Geek

E3 2021 : Les annonces de Nintendo

À la uneNon classéSport

Prix de Diane Longines 2021 : un cheval de Griezmann au départ

À la uneMode

Ferrari présente son premier défilé de mode

À la uneCinéma

On a vu pour vous…Hitman & Bodyguard 2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux