Depuis 2011, l’association Lazare développe et anime des appartements partagés entre d’anciens SDF et des jeunes actifs. Une solution innovante pour permettre à chacun de (re)partir dans la vie. Découverte.

Maelig, un sans domicile fixe de 18 ans – surnommé « le petit prince de la rue » – a bénéficié d’un élan de générosité après la publication d’un message sur Twitter. Si cette histoire vient de connaître des rebondissements judiciaires, nombreux sont ceux qui s’engagent quotidiennement pour la réinsertion des SDF, comme l’association Lazare. Elle propose à des jeunes actifs des colocations avec des personnes de la rue qui cherchent à se réinsérer. Une initiative soutenue par la fondation de François Hollande « La France s’engage » et le Pape François.

« Quand leur offre-t-on la possibilité de donner à leur tour ? »

L’association Lazare, fondée en 2011 par Etienne Villemain part d’une idée simple : « montrer que les personnes en galère ont de la valeur […] à condition qu’un cadre favorable soit instauré ». L’instauration du cadre favorable, Lazare s’en charge en proposant des colocations entre des jeunes actifs de 25 à 35 ans et d’anciens SDF. En entrant dans une maison Lazare, l’ex-SDF  est dirigé vers des associations spécialisées « pour assurer un accompagnement social ». Coaché par les « colocs » qui doivent être « présents et disponible », il retrouve une dynamique, « un peu de chaleur humaine » et « des personnes avec qui discuter » témoigne l’un d’entre eux. En réalité, Lazare permet à deux mondes qui s’ignorent de se rencontrer. En tout, ce sont près de 7 maisons et des dizaines d’appartements partagés qui ont ouvert partout en France, en Belgique et en Espagne, venant en aide à près de 300 personnes en galère. Si l’association dit « apprécier les actions des pouvoirs publics pour lutter contre l’exclusion », Lazare veut aller plus loin en accompagnant la réinsertion par « l’amitié bienveillante » explique Timothée Barre, qui gère la colocation de Nantes avec son épouse.  Pour cela, les maisons Lazare fonctionnent (presque) comme la vôtre.

« Vivre avec eux, dans la simplicité, jour après jour »

C’est ainsi que l’association présente ses colocations d’un nouveau genre. L’organisation est bien rodée : une famille « accompagnatrice » est en charge de la gestion générale de la maison, qui propose des appartements individuels « non mixtes » où peuvent cohabiter 6 à 10 personnes.  L’association, qui regrette que les aides sociales entraînent une déresponsabilisation, fonctionne par « l’auto-organisation » : toutes les tâches sont effectuées par les résidents qui payent un loyer et l’ensemble des frais. Si la cohabitation avec les personnes de la rue peut poser « des difficultés », un « règlement intérieur » fixe des règles comme la prise en commun d’un repas par semaine. Chez Lazare, la télévision est remplacée par les jeux de sociétés et les livres afin de favoriser le partage. Ce sont des maisons qui « respirent la joie » et où « on aime faire la fête » résume un colocataire sur le site de l’association. Une idée qui a séduit l’ancien Président François Hollande, désormais à la tête de « La France s’engage » et même… le Pape François.

Lazare, initiatrice auprès du Pape François de la « Journée mondiale des pauvres » et lauréate de « La France s’engage »

Sans l’association Lazare et son président Etienne Villemain, la « Journée mondiale des Pauvres » instaurée par le Pape François n’aurait sans doute jamais vu le jour. C’est lui qui a soufflé cette idée au souverain pontife. En 2016, en organisant un pélerinage à Rome avec près de 4.000 personnes de la rue, il formule sa demande au Pape François : « Très Saint-Père […] accepteriez-vous que puissent être organisées les Journées mondiales des pauvres ? » Une demande à laquelle le Pape François accède dans un éclat de rire raconte Etienne Villemain. Cette journée est désormais célébré chaque 33ème dimanche du temps ordinaire dans le monde et peut-être bientôt dans un grand rassemblement comme les JMJ car«  les pauvres ne doivent plus être sous les porches de nos églises mais bien au cœur  » plaide le Président de l’association Lazare qui voit en François « le pape de la charité ».

Etienne Villemain et le Pape François (crédits : capture d’écran CTV)

 

En 2016, l’association Lazare devient lauréate du Label « La France s’engage », la Fondation de François Hollande qui vient récompenser « des initiatives innovantes, solidaires et utiles au plus grand nombre ». En étant lauréat de la Fondation, l’association a pu bénéficier « d’un accompagnement financier important », allant de 30.000 à 50.000 euros sur plusieurs années ainsi que du soutien et du suivi des entreprises partenaires.

François Hollande et les bénévoles Lazare

A l’heure actuelle, sur le site de la Fondation de François Hollande, l’association Lazare met en avant que près de 85% des personnes de la rue ont retrouvé un logement stable en 2014-2015 après un passage dans l’association et près de 40% ont retrouvé un emploi. Une belle aventure humaine et de fraternité.

Si vous souhaitez en savoir plus : Site internet de l’association Lazare

À lire aussi :

Emmanuel Macron se rend au Vatican et rencontre le Pape François

Découvrez le message de François Hollande à la jeunesse sur VL