À la uneActualitéInternational

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe démissionne pour des raisons de santé

Alors qu’il venait de battre un record de longévité après sept ans et huit mois en tant que Premier ministre, Shinzo Abe a décidé de démissionner de son poste, rattrapé par une maladie chronique.

Coup de tonnerre au Japon. Le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé ce vendredi 28 août qu’il quittait ses fonctions en raison de son état de santé : “J’ai décidé de démissionner du poste de Premier ministre“, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, expliquant que sa colite ulcéreuse, une maladie inflammatoire chronique des intestins dont il souffre depuis l’adolescence, risquait de s’aggraver. En poste depuis 2012, Shinzo Abe avait battu le 24 août dernier le record de longévité pour un Premier ministre nippon, détenu jusqu’ici par son grand-oncle Eisaku Sato. C’était soudain et imprévu. Je suis sidérée“, a déclaré à la presse ce vendredi matin Tomomi Inada, députée cadre du parti de Shinzo Abe, le parti libéral-démocrate (PLD). Shinichi Nishikawa, professeur de sciences politiques à l’université de Meiji de Tokyo a quant à lui évoqué pour l’AFP une “énorme surprise“.

Maladie chronique

La stupéfaction est d’autant plus grande que ces derniers jours, le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga avait réfuté toute rumeur de départ, et que jusqu’à ce vendredi matin encore, il avait affirmé l’intention de Shinzo Abe de “travailler dur” tout en se soignant. Il est finalement contraint de quitter ses fonctions en raison d’une maladie qui l’avait déjà obligé à quitter le pouvoir en 2007. Des médicaments lui permettaient de calmer ses dérèglements intestinaux depuis son retour à la tête de l’archipel, mais cette fois-ci, la maladie ne lui permettre pas d’aller jusqu’au bout de son mandat qui se termine en septembre 2021. Il devra néanmoins rester en poste jusqu’à la désignation de son successeur, après un vote des députés membres de son parti.

Une popularité en baisse

Principalement en raison de la crise du coronavirus, Shinzo Abe était sous le feu des critiques depuis plusieurs mois maintenant. S’il incarnait la stabilité politique et la bonne forme économique (la bourse de Tokyo ayant doublé de valeur pendant son mandat), le gouvernement de M.Abe a été vivement attaqué pour sa lenteur à réagir face à la situation sanitaire. La question des Jeux Olympiques par exemple, qui ont mis énormément de temps à être reportés, a été au cœur de toutes les attentions pour l’archipel.

CREDIT PHOTO : FRANCK ROBICHON, AFP

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéSanté

Le vaccin Moderna pourra désormais être administré aux 12-17 ans

ActualitéEnvironnement

Les JO Tokyo 2020 sont officiellement ouverts !

À la uneEquitationJeux olympiques

JO 2021 : les cavaliers français prêts à affronter les épreuves de saut d’obstacles

À la uneActualité

Jean-Yves Lafesse est décédé de la maladie de Charcot

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux