À la uneSéries Tv

Le temps est assassin … on a vu pour vous les premiers épisodes de la série (TF1)

Nouvelle adaptation de romans populaires. Après Harlan Coben, place à Michel Bussi pour Le temps est assassin, attendue dès le 29 août sur TF1.

C’est quoi Le temps est assassin ? Clotilde revient en Corse vingt-cinq ans après un tragique accident qui a coûté la vie à son frère et ses parents. Mais à peine arrivée sur l’île, d’étranges incidents se multiplient jusqu’à ce qu’elle reçoive une lettre de sa mère, Palma, présumée morte dans l’accident.

ATTENTION : cet article repose sur le visionnage des épisodes 1 à 6 sur 8

"Le temps est assassin" prochainement sur TF1

💥Nous sommes très heureux de vous présenter notre nouvelle création :#LeTempsEstAssassin. Une mini-série événement adaptée du roman de Michel Bussi, avec Mathilde Seigner, Jenifer, Fred Testot !

Publiée par TF1 sur Jeudi 25 juillet 2019

Un “page turner” redoutable et efficace

Indépendamment de son statut d’adaptation de roman, Le temps est assassin se regarde et se comporte comme une vraie saga, telle qu’on les faisait dans les années 90 – 2000 et qui avaient un peu disparu avant de revenir, à la fois par le biais des feuilletons quotidiens mais également avec des séries comme La vengeance aux yeux clairs.
On retrouve donc dans Le temps est assassin tous les ingrédients qui nous rendent facilement accrocs à ces séries : un casting puissant constitué de visages connus des amateurs de séries (Mathilde Seigner, Esther Valding, Thierry Godard, Fred Testot, Zoé Marchal, Gregory Fitoussi, Jenifer, …), des secrets de familles enfouis qui remontent à la surface, une intrigue policière addictive … et un sens du cliffhanger en fin d’épisodes savamment maîtrisé.

Avec sa narration en double temporalité (les années 90 – aujourd’hui) où le passé éclaire les mystères du présent, la série ne lâche jamais le spectateur qui ne peut qu’être pris en étau d’un suspense qui devient rapidement insoutenable. Bien qu’adapté du roman de Michel Bussi, par sa construction et son scénario, Le temps est assassin se glisse facilement dans les pas de séries captivantes comme Zodiaque co-écrite à l’époque par Franck Ollivier et réalisée par Claude-Michel Rome … que l’on retrouve aujourd’hui sur Le temps est assassin à l’écriture et à la réalisation. On peut même voir une certaine filiation entre le personnage de Michel Duchaussoy (dans Zodiaque) et Serge Riaboukine (le patriarche de cette nouvelle série). Le letmotiv de Zodiaqueles enfants paieront pour les crimes de leurs parents” semblent aussi trouver un écho aujourd’hui (le personnage de Dani dans ici nous rappelle également un des personnages de Zodiaque).

Mention spéciale côté casting à Caterino Murino, en combattante de la vérité, Esther Valding (Mathilde Seigner jeune) toujours très juste et touchante, ou encore Grégory Fitoussi dans un personnage trouble qui lui va bien.

L’appel du guest

Il convient tout de même de souligner un aspect de la série qui nous a un peu gêné. Non pas qu’on ait quelque chose à dire sur la présence de cette très belle distribution. Mais c’est plus sur l’utilisation des “guests” qu’on aurait à redire.
A force de vouloir garder des visages connus sur les deux époques, on se retrouve face à des incohérences assez “grossières”. Si tous les “jeunes” voient leur visage changer entre les années 90 et aujourd’hui (Esther Valding devient Mathilde Seigner), les autres comédiens ne bougent pas ou si peu que ça en devient risible.

Ainsi Serge Riaboukine en grand-père de Esther Valding dans les années 90, c’est parfaitement crédible. Mais le voir “devenir” de facto le grand-père de Mathilde Seigner plus de 20 ans plus tard alors que dans la vie les deux comédiens ont à peine 10 ans d’écart, c’est risible. Et que Mathilde Seigner l’appelle “Papet” n’y change pas grand chose. Et c’est à peu près pareil pour tous les autres comédiens qui se voient vieillir à l’aide de cheveux grisonnants et de quelques rides. Et sans vous spoiler, le meilleur est à venir en cours de saison avec LE cas le plus capillotracté !!! C’est en somme déjà ce qu’on pouvait déjà reprocher à la série Harry Quebert avec Patrick Dempsey.

En vérité, cela pourrait paraître anecdotique mais pas tant que ça. Le soin apporté à ce genre de détails est en réalité crucial. C’est même ce qui a donné à une série comme Cold Case toute sa crédibilité. Faisant fi de visages familiers, elle avait pris soin de caster les bons comédiens pour jouer les versions plus âgées de personnages. On sait que ce ne sont pas les mêmes acteurs mais ça ne choque jamais. Si cette rigueur avait été appliquée ici, la série y aurait fortement gagné.

Si on ne sait pas comment la série va se terminer (la chaîne ne nous a pas dévoilé les 2 derniers épisodes), on peut dire sans peine que Le temps est assassin remplie bien son rôle et vous tiendra en haleine jusqu’au bout. C’est une efficace saga de rentrée, un pont divertissant entre la légèreté de l’été qui se termine et la reprise de septembre.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneTout Pour Réussir

MAUD BAILLY : « Nous avons un devoir de transmission chez ACCOR »

À la uneActualitéCinémaCultureMusique

« Les étoiles vagabondes » de Nekfeu arrive sur Netflix

À la uneActualitéFaits DiversInsoliteInternationalSanté

Etats-Unis : elle pensait avoir des “calculs rénaux”, elle accouche de triplés

À la uneActualitéInternationalSociété

La vente d’éléphants à des zoos bientôt interdite ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux