À la uneActualitéEconomieInsoliteSociétéTendances

Le Whisky passe au détecteur de mensonge

Le Capitaine Haddock n’a qu’à bien se tenir. Une langue artificielle vient d’être créé pour démasquer les contrefaçons de whiskys. Une invention qui vient tout droit d’Écosse, évidemment.

On n’arrête pas le progrès. Une langue artificielle permettant de reconnaître la qualité de fabrication du whisky a été mise au point par des chercheurs de l’Université de Glasgow. Elle serait capable de différencier un whisky selon son âge avec une précision de 99%. Mais surtout, il peut reconnaître les faux produits et donc lutter contre la contrefaçon. “Nous appelons cela une langue artificielle parce qu’elle agit de la même façon qu’une langue humaine” explique Alasdair Clark, de l’école d’ingénierie de l’Université de Glasgow. Le principe est simple, le whisky est versé sur un damier constitué de minuscules morceaux d’or et d’aluminium. Ce mélange agit comme des papilles gustatives et au contact de l’alcool, transmet une lumière qui selon la couleur établira un profil du whisky.

“L’invention a d’ailleurs permis de découvrir que certaines bouteilles de whisky de grandes valeurs étaient en réalité fausses”.

Pour l’un des ingénieur du projet, Alasdair Clark « Comme nous, elle ne peut pas identifier individuellement les produits chimiques qui rendent le café différent du jus de pomme, mais elle peut facilement faire la différence entre des mélanges chimiques complexes. » Mais surtout, l’objectif à terme serait d’utiliser dans les tests de sécurité alimentaire ». Et forcément, le secteur du Whisky est très emballé à l’idée de cette invention. Pour Annabel Meikle, directrice de la confrérie Keepers of the Quaich,  “Nous serions vraiment ravis d’avoir quelque chose qui aiderait à éradiquer la contrefaçon du whisky” .

Mais est-ce que le travail des “master blenders” qui élaborent et vérifient la qualité du whisky est menacé ? Pas encore, mais il n’est pas impossible que l’invention se développe de plus en plus dans les prochaines années.

A lire: Les conséquences d’un Brexit sans accord

About author

Corentin Briot Journaliste VL média
Related posts
À la uneCultureMusique

Renaud : Quand le Renard, désormais Phénix, nous parle des " Animals "

À la uneActualitéArt / ExpoCulturePop & Geek

Travis Durden: la pop culture s'empare de l'Art Classique

À la uneActualitéArt / ExpoBrèvesInsolite

Les clichés les plus drôles du Comedy Wildlife 2019

À la uneActualitéNumériquePop & Geek

Quel est le Pokémon favori des français ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux