À la uneNon classéRugbySport

Les cinq joueurs clés du second sacre consécutif des Bleuets

Samedi 22 juin, l’équipe de France des moins de 20 ans a conservé son titre en battant l’Australie (23-24) en finale des championnats du monde de la catégorie. Un véritable exploit pour un rugby santé aux maux aussi nombreux que profonds. Un motif d’espoir pour le futur et coupe du monde 2023, disputée en France. Voici les cinq Bleuets qui ont particulièrement brillé lors de ce succès avant tout collectif.

Louis Carbonnel :

Le numéro 10 toulonnais, déjà très performant l’année passée, s’est imposé comme le véritable patron de cette sélection. Excellent technicien et précis au pied, il a parfaitement impulsé le jeu des Bleuets tout au long de la compétition. Après s’être imposé comme le premier choix à son poste du côté du RCT en cette fin de saison, il a largement confirmé les espoirs placés en lui. Dans le jeu courant il a trouvé le bon équilibre entre l’alternance au pied et l’attaque de la ligne. Il a également été relativement sur défensivement. Surtout, son apport statistique a été primordial. Il finit deuxième meilleur marqueur de la compétition avec 52 points marqués et se place à la 5ème place des meilleurs marqueurs de l’histoire de la compétition (112 points). Sa précision face au perche (5/6 en demie et en finale) a clairement fait la différence face à des adversaires qui ont manqué de précision dans ce secteur. Clairement, la très grande promesse du rugby français.

Kilian Geraci :

Du haut de son double mètre (1,99m), Kilian Geraci est une pièce essentiel du dispositif de cette jeune équipe de France. Absent pour cause de blessure lors du tournoi des six nations de la catégories, le Grenoblois avait largement manqué. Son retour cet été s’est fait sentir dans tous les secteurs du jeu. Comme souvent, il s’est révélé précieux en conquête direct, notamment en touche. Il a également régulièrement fait avancer ses partenaires ballon en main. Son énorme travail de l’ombre dans les rucks a porté son équipe aussi bien en phase offensive que défensive. Un pilier indispensable

La France U20 championne du monde

Arthur Vincent :

Le capitaine de cette équipe a tenu son rang. Il a constitué un leader exemplaire. Ballon en main, il a souvent créé des différences par sa puissance ou sa vitesse. Il a, par ailleurs, assuré la continuité des mouvements offensifs avec des passes effectués dans le bon tempo et des décalages bien senties. Souvent à l’origine des lancements de jeu et différentes combinaisons, il s’est montré très propre. Très peu de déchet ou de mauvais choix le Montpelliérain a brillé par sa sérénité et sa régularité. Surtout, dans le secteur défensif il s’est montré indispensable. Très peu de placages manqués et une activité énorme, en atteste ses “grattages” lors des matchs couperets. Le baromètre des lignes arrières

Jean-Baptiste Gros :

Si la première ligne française a été performante durant ce tournoi, elle le doit en partie à la superbe compétition réalisée par Jean Baptiste Gros. Le pilier toulonnais a su se rendre indispensable chez ces Bleuets. Véritable poison pour ses adversaires en mêlée, il s’est également montré précieux dans le jeu. Très disponible et puissant, il a maintenu un très haut niveau de performance durant l’ensemble du tournoi. En défense et dans les rucks, il a également été en première ligne (c’est le cas de le dire). Un gros qui devient grand.

Mathis Lebel :

Le polyvalent toulousain a commencé la compétition à l’aile avant d’être replacé à l’arrière lors des deux derniers matchs. Qu’importe le poste, il a réalisé un tournoi de très haut niveau dans l’ensemble. Il a systématiquement fait parler sa vitesse et ses appuis. Il a souvent mis le feu dans les défenses adverses, notamment sur les turnovers. Dans son enthousiasme, il a parfois gâché en bout de ligne en n’exploitant pas des surnombres évidents mais le bilan reste largement positif. Son nouveau poste lors des matchs couperets lui a également permis de démontrer son aisance sous les ballons hauts, secteurs dans lequel il a fait preuve d’une grande justesse. Il finit cette saison avec deux titres glanés : celui avec les Bleuets et celui avec le Stade Toulousain. Le couteau suisse toujours efficace.

Jordan Joseph (5 essais), Matthias Haddad-victor, grande révélation tricolore en troisième ligne et Rayne Barka, très dynamique auraient aussi pu être nommés.

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : Rudi Garcia, nouvel entraîneur de l'OL

À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

À la uneBrèves

« C’est du gâteau » : L’émission à la française de Netflix

À la uneActualitéFootSport

France Turquie : un match qui sort du cadre sportif ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Coup de gueule de Thierry Ardisson sur France Inter.