À la uneFootSport

Ligue des Champions : Les failles du Bayern Munich

En atomisant le Barça (8-2) et après un succès tranquille contre l’OL (3-0), le Bayern Munich peut être considéré comme le favori de cette finale. Pourtant l’équipe de Hans-Dieter Flick n’est pas sans failles et le Paris Saint-Germain pourrait s’amuser à les exploiter.

Mieux vaut ne pas regarder les statistiques. Le Bayern Munich n’a plus perdu le moindre match depuis le mois de janvier. Encore mieux, les Allemands ont remporté leurs 21 derniers matches toutes compétitions confondues mais aussi de tous leurs matches de Ligue des champions cette saison. Dimanche soir en clôture du Final 8 de Lisbonne, le Paris Saint-Germain va affronter cette équipe Bavaroise pour tenter de décrocher la première Ligue des Champions de son histoire. Si le Bayern Munich fait figure de favori, ses derniers matches ont montré quelques points faibles que le PSG a certainement identifié et dont ils ne vont pas se gêner d’exploiter pour s’imposer.

Une défense centrale friable

Robert Lewandowski est intraitable devant, Jerome Boateng beaucoup moins derrière. Le Bayern Munich a peut-être gagné ses deux derniers matches contre le FC Barcelone et l’Olympique Lyonnais haut la main mais n’a jamais montré une grande solidité défensive. Les bavarois concèdent même de nombreuses occasions malgré une puissance offensive impressionnante (La meilleure attaque de Ligue des Champions cette saison avec 42 buts). Dans le premier quart d’heure du match contre l’OL, le Bayern Munich aurait pu concéder 3 buts si Memphis Depay et Karl Toko Ekambi avaient fait preuve de réalisme. Il a fallu une prestation parfaite de Manuel Neuer pour éviter au Bayern Munich d’être puni.

La volonté des Allemands de jouer très haut laisse beaucoup d’opportunités dans le dos la défense. Pas réputé pour sa vitesse de pointe, Jerome Boateng pourrait être la cible des deux attaquants du PSG, Neymar et Mbappé, qui ont les capacités d’exploiter ces espaces. Le fulgurant latérale Alphonso Davies est souvent tourné vers l’avant obligeant David Alaba à combler le coté gauche de la défense à lui seul. Le PSG peut compter sur la qualité de passe de Di Maria ou Paredes pour lancer les deux génies parisiens en profondeur dans les espaces libres. Pour Jerome Rothen :« Si Mbappé, Neymar et Di Maria ont autant d’espaces, ça pourrait faire des ravages », estime l’ancien milieu de terrain du PSG.

A lire également : Ligue des Champions : L’année du PSG ?

Le milieu laisse beaucoup d’espace entre les lignes

Le Bayern Munich a tendance à toujours bloquer l’axe créant plusieurs mètres entre les milieux centraux et les joueurs de côtés. La paire Goretzka-Alcantara au milieu de terrain est souvent en retard lorsque le bloc doit coulisser. La formation bavaroise devient alors vulnérable dans la largeur avec les espaces crées, mais aussi dans la profondeur puisqu’un angle de passe est ouvert. « Ils sont prenables sur la largeur » avait d’ailleurs confirmé Rudi Garcia, l’entraineur lyonnais. Pour percer cette faille allemande, le PSG peut s’appuyer sur son match face à Leipzig où le trio Marquinos-Paredes-Herrera avait été compact et équilibré. Autre point notable en faveur du PSG, c’est que le Bayern Munich a été souvent déstabilisé par le pressing de l’OL en début de match.« C’était difficile de jouer contre une équipe qui court beaucoup », avait déclaré l’entraîneur Hansi Flick à la suite du match.« Lyon nous a mis beaucoup de pression » avait confirmé Serge Gnabry, le supersonique milieu offensif du Bayern Munich.

C’est un dilemme pour Thomas Tuchel. Le PSG en exerçant un pressing haut à des chances de perturber les hommes Hans-Dieter Flick mais s’exposera aux contres des attaquants Allemands dont le réalisme n’est plus à prouver. Mais le Paris Saint-Germain peut également opter pour le choix d’attendre le Bayern Munich et profiter des brèches qui vont s’ouvrir pour lancer son trio à l’avant dans la profondeur. En tous cas, ce match tient toutes ses promesses et la moindre erreur d’un côté comme de l’autre pourrait être fatale au regard de la qualité des deux équipes.

Crédit photo : Reuters

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette 2ème soirée des Battles ?

À la uneMédias

The Voice : est-ce que Vernis Rouge faisait déjà le buzz quand elle a été éliminée ?

ActualitéEquitationSport

L'équithérapie : guérir grâce aux chevaux

À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux