À la uneActualitéFranceSociété

Ouverture du centre d’accueil pour les migrants à Paris

Ce jeudi, le centre humanitaire pour les migrants est ouvert. Il permettra leur accueil, en lieu et place des campements, comme cela avait été le cas.

L’évacuation de jeudi dernier ne laissera pas les migrants dans la nature, a priori. Le « premier accueil humanitaire », selon les termes de la maire de Paris, ouvre aujourd’hui. Situé à Paris, il pourra accueillir d’abord 400 personnes, puis 200 personnes supplémentaires d’ici à la fin de l’année. Le centre a une vocation d’accueil temporaire : les migrants seront accueillis au maximum 10 jours.

Après Stalingrad, la Porte de la Chapelle

Le centre a donc ouvert quasiment une semaine après l’évacuation. Il est situé sur des anciens terrains appartenant à la SNCF. Ce sont des bâtiments temporaires pour l’accueil et l’orientation des migrants. 50 à 80 migrants, par jour, seront accueillis. 400 lits sont disponibles pour le moment, mais la capacité du centre sera portée, d’ici à la fin de l’année, à 600 lits. L’association Emmaüs Solidarité le gère.

Dans le détail, le centre accueille les migrants, afin qu’ils soient pris en charge. Une prise en charge médicale d’abord, puisqu’ils pourront recevoir des soins, prodigués par le SAMU Social et des ONG (organisations non-gouvernementales). Prise en charge sociale, ensuite, car ils seront informés de leurs droits, dans leur langue native, autant que cela est possible. Ce centre les héberge, les nourrit et leur fournit des vêtements.

À voir aussi : Le camp de Stalingrad définitivement évacué

L’expérimentation puis l’extension

Le centre, d’une superficie totale de 10 900 m², accueille, pour le moment, tous les publics. À l’avenir, ce seront les hommes seuls qui vont y rester. Avant qu’ils ne soient dirigés vers des centres pour demandeurs d’asile ou des « centres d’accueil et d’orientation ». Les familles, quant à elles, résideront dans des structures spécialisées, puis dans des hôtels. Elles seront, plus tard, accueillies dans un futur centre, de 350 places, situé à Ivry-sur-Seine, en banlieue de Paris.

Le centre n’a pas pour vocation de perdurer. Le démontage de ce centre aurait, en théorie, lieu dans 18 mois. Il laissera alors place à des bâtiments universitaires. En revanche, l’initiative devrait se démultiplier : les autres régions pourraient, elles aussi, accueillir des centres de ce type. Cela reste cependant conditionné aux bons résultats de l’expérimentation menée à Paris.

Source image : nouvelobs.com

 

Related posts
À la uneInsolitePop & Geek

PlayStation 5 : il gagne 40 000 dollars en une semaine en achetant 221 consoles

À la uneLittérature

Le prix Renaudot 2020 remis à Marie-Hélène Lafon

À la uneFranceMédias

Bernard de la Villardière lance Neo, un média vidéo "positif"

À la uneInsoliteInternational

Autriche : le village Fucking devient Fugging après un ras-le-bol général

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux