Le réseau des transports en commun lyonnais poursuit sa mutation. Mises en service, travaux, innovation et environnement : 2019 sera l’année du changement, dans la continuité.

« Le changement dans la continuité » disait Valéry Giscard d’Estaing en 1974. En 2019, la présidente centriste du Sytral (syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) Fouziya Bouzerda aurait pu reprendre ce slogan à son compte. Devant un parterre d’élus et de personnalités lyonnaises, elle a présenté les vieux de son organisation au cœur du Grand Hôtel Dieu, dressant le bilan de l’année 2018 et les perspectives de 2019.

En desservant 300 communes, ce sont près de 493 millions de voyages qui ont été effectués par le Sytral en 2018. Selon Fouziya Bouzerda, ce succès s’explique par « un renfort d’offre sans précédent » : recrutement de 500 nouveaux agents, le renforcement des dessertes et des fréquences et la création de nouvelles lignes. Le tout, dans le cadre de la« réalisation d’un plan de mandat d’1,2 milliard d’euros ».

En 2019, des nouveaux services pour les voyageurs

Le réseau lyonnais sera plus connecté. L’arrivé de la 4G dans le métro sera effective en 2019 tout comme la mise en ligne d’un nouveau site internet et d’une nouvelle application TCL pour proposer « un voyage plus intuitif et plus intermodal ». Désormais, les tickets pourront s’acheter « depuis l’application » et seront « dématérialisés ». A la fin de l’année, le métro fonctionnera jusqu’à 2h du matin « vendredi et samedi ». 

Dès avril 2019, sur certaines lignes de bus (7, C14, C12, 52 et C5), les voyageurs pourront demander à descendre entre deux arrêts de bus à partir de 21h30. Une expérimentation qui s’inscrit dans un large « plan de lutte contre les incivilités » et pour « la sécurité des femmes dans les transports en commun ». Le Sytral a déjà mis en place de la vidéo-surveillance (7.000 caméras), des marches exploratoires ou encore un guide contre le harcèlement sexiste.

A partir de février 2019, les nouveaux bus seront équipés de « ports USB » et de « mains courantes antibactériennes ». Les lyonnais seront consultés pour « choisir les monuments emblématiques » qui apparaîtront sur les nouvelles rames de Tramway et « choisir la localisation des stations et du terminus » du futur métro E vers Tassin.

Nouvelles lignes de métros et bus, avec une meilleure capacité

Le bus C3 va inaugurer son « site propre » intégral tout début 2019. Du côté du C6, des travaux sont en cours pour améliorer la déserte du Camps universitaire d’Ecully. La nouvelle ligne T6 reliant « Debourg » à « Hôpitaux-Est » fera son entrée dans le réseau fin 2019. Enfin, le prolongement et l’automatisation de la ligne B jusqu’à Saint-Genis-Laval se poursuit. « Le tunnelier est en fabrication et le forage démarrera en novembre 2019 » précise Fouziya Bouzerda.

Le Sytral va également améliorer la capacité d’accueil des transports. Tout d’abord, « Avenir Métro » doit permettre « d’augmenter la capacité de toutes les lignes » avec l’acquisition de nouvelles rames, « très prochainement en circulation ». Pour les tramways, « 18 nouvelles rames de 43 mètres » vont entrer en circulation pour répondre à une demande en augmentation constante sur le réseau de tram.

L’environnement, une priorité pour le Sytral

Si le Sytral possède déjà trois centrales photovoltaïques (à Vaise, Meyzieu et Vénissieux), une quatrième sera mise en service en 2021 sur le parc relais TCL des Panettes, à Meyzieu, avec près de 10.000 m2 de panneaux solaires. Au total, elles atteignent 15% du niveau de production énergétique dans la métropole de Lyon. Aussi, des « bornes de recharges électriques intelligentes » seront mises en service : lorsque le véhicule ne roule pas, l’énergie est récupérée.

Si 75% du réseau est dit « propre », le SYTRAL veut amplifier sa démarche environnementale en 2019. Désormais, le syndicat lyonnais ne va acquérir que des « bus propres » afin « d’anticiper de 5 ans la loi de transition énergétique ». Egalement, 10.000 arbres sont plantés le long des nouvelles lignes C3 et T6 et des navettes autonomes, qui vont rouler avec les autres véhicules, feront la liaison entre « Décines Grand Large » et le « Groupama Stadium ». 

 

A LIRE AUSSI

On sait à quoi va ressembler le nouveau RER

Y a-t-il une station de métro fantôme sous Paris ?