Le français a gagné lundi une médaille d’or de la poursuite. Il est devenu le français le plus médaillé des Jeux d’hiver avec Jean-Claude Killy. Qui est donc le détenteur de ce nouveau record ?

L’éclosion à l’international

Martin Fourcade est un biathlète. Il s’est fait connaître au niveau international en 2007 et 2008 lors de la Coupe du Monde du biathlon, où il finit en finale. Il continue de monter jusqu’aux Jeux Olympiques de Vancouver où il remporte une médaille d’argent.

En 2010, il monde sur son premier podium de Coupe du monde en mars 2010, en terminant troisième du 10 km sprint de Kontiolahti, en Finlande. Il enchaîne ensuite par trois victoires consécutives, en poursuite et en sprint. Il remportera alors le Globe Cristal de la poursuite.

La confirmation arrive en 2011, lors de la Coupe du Monde en Russie. Il y remporte alors la médaille de bronze du relais mixte. La même année il devient vice-champion du monde de sprint, puis champion du monde de poursuite. Il termine avec un excellent classement : troisième du classement général de la Coupe du Monde. C’est à partir de là que Martin Fourcade a commencé son ascension.

Une figure inévitable des J.O. d’hiver aujourd’hui

Lundi dernier, Martin Fourcade a remporté la médaille d’or de la poursuite. Cette nouvelle victoire ne fait que confirmer sa stature unique. Cela fait donc dix ans que l’univers des Jeux d’hiver est habité par son nom.

Aujourd’hui, il est le vainqueur de pas moins de six Globes de cristal, et a remporté quatorze victoires entre 2016 et 2017. Il possède onze médailles d’or mondiales. Son titre olympique remporté lundi le fait rentrer définitivement dans la légende des Jeux d’hiver.

À lire aussi: Biathlon : Vainqueur de la poursuite, Martin Fourcade égale Bjoerndalen

Un caractère entier

En dehors de son palmarès, Martin Fourcade se fait également remarquer pour ses joutes verbales, et ses coups d’éclats. Au moment des révélations du rapport McLaren, mettant en avant le système de dopage institutionnalisé en Russie,  il avait décidé de mener la fronde des biathlètes en janvier 2017, obligeant la Fédération internationale (IBU) à mettre en place un Congrès extraordinaire afin de durcir à l’avenir ses sanctions contre les tricheurs. Il avait également soutenu la décision du Comité international olympique de suspendre la Russie des J.O. 2018.