À la uneActualitéInternational

Turquie : le président Erdogan cite l’Allemagne d’Hitler comme exemple

Le président turc Erdogan cite en exemple l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a cité jeudi soir l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler comme exemple pour défendre le système présidentiel fort qu’il veut instaurer. Il s’est rétracté le lendemain.

Une déclaration pour le moins… surprenante. Jeudi soir, de retour d’une visite de travail en Arabie Saoudite, Erdogan a cité comme exemple pour la Turquie l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Le président islamo-conservateur a choisi cet exemple devant la presse turque pour illustrer le système présidentiel fort qu’il veut pour son pays.

« Dans un système unitaire (comme la Turquie) un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l’histoire. Vous en verrez l’exemple dans l’Allemagne d’Hitler », a-t-il déclaré.

Erdogan Hitler protestations

Avant même cette comparaison malheureuse, Erdogan cristallisait les critiques de la population turque de par ses dérives autoritaires (fairplanet.org)

Le rétropédalage d’Erdogan

Mais dans un communiqué publié le lendemain au soir, la présidence turque a exclu toute référence favorable au nazisme dans les propos d’Erdogan.

« Il est inacceptable que l’on présente comme une référence positive les remarques de notre président, qui a déclaré que l’Holocauste et l’antisémitisme étaient, avec l’islamophobie, des crimes contre l’Humanité », souligne le texte. Et d’ajouter : « L’Allemagne d’Hitler est un mauvais exemple qui a eu des conséquences désastreuses d’exploitation du système, qu’il soit parlementaire ou présidentiel ».

L’AKP doit rechercher le soutien de l’opposition

Erdogan, qui dirige la Turquie depuis 2002, d’abord comme Premier ministre puis président depuis 2014, veut modifier la Constitution afin que le rôle du Président passe d’une fonction symbolique à celle d’un dirigeant aux pouvoirs étendus, comme aux Etats-Unis, en Russie ou en France.

Il entend pour cela mobiliser dans le courant de la nouvelle année la société turque pour un débat afin de parvenir à un « consensus social » sur ses ambitions présidentielles. Cette question du statut présidentiel est revenue au premier plan après la large victoire de son parti l’AKP aux élections du 1er novembre dernier (49,5% des voix soit 317 députés).

La carte des élections législatives turques du 1er novembre 2015

La carte des régions turques remportées par l’AKP (jaune), le HDP (violet) et le CHP (rouge).

Mais l’AKP n’a pas obtenu la majorité qualifiée (367 députés) pour pouvoir modifier la Constitution seul et doit rechercher le soutien de l’opposition, opposée en bloc à une présidentialisation du régime sous Erdogan qu’elle accuse de dérive autoritaire.

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a, à cette fin, lancé mercredi un premier dialogue avec le chef du principal parti d’opposition CHP (Parti républicain du peuple, CHP), Kemal Kiliçdaroglu, pour relancer les efforts en vue d’une nouvelle constitution plus libérale qui remplacerait l’actuelle héritée du coup d’Etat des militaires, en 1980.

*Photo en Une : francetvinfo.fr

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaPop & Geek

La bande annonce du nouveau Captain America est sortie

À la uneCinéma

Titane sur Netflix : pourquoi le film de Julia Ducournau a choqué la Croisette ? 

À la uneMusique

5 choses à savoir sur le nouvel album d’Eminem

À la uneJeux Olympiques Paris 2024Sport

Jeux Olympiques 2024 : quelles sont nos grandes chances de médailles ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux