À la uneActualitéCulturePop & Geek

Twitter contrôle désormais les comptes liés aux Etats

Twitter vient de mettre en place une mesure visant à réduire et signaler l’influence des comptes liés aux Etats sur les utilisateurs de la plate-forme.

Les utilisateurs de Twitter seront désormais avertis lorsqu’ils verront un post d’un média affilié à un Etat. Car “contrairement aux médias indépendants, les médias liés à un Etat utilisent fréquemment leur couverture de l’actualité à des fins politiques“. Pour le moment, cet affichage ne concerne que des médias américains, britanniques, chinois, russes et français.

Quel est l’intérêt de cet affichage pour Twitter ?

Crée en 2006 et dénombrant aujourd’hui plus de 330 millions d’utilisateurs, l’oiseau bleu est devenu un réseau incontournable de l’information. Et depuis quelque temps, le géant américain ne cesse de faire parler de lui. Entre son récent piratage, et ses sanctions adressées à Donald Trump pour “désinformation”, sa réputation est plus que jamais en jeu.

Un communiqué publié le 6 juillet a rendu public cette décision. Désormais, certains comptes comme La Maison Blanche, le Quotidien du Peuple, China Daily ou encore Sputnik sont étiquetés, par un drapeau, comme étant des comptes affiliés à un Etat. Twitter considère ces médias comme des comptes “pour lesquels l’État exerce un contrôle sur le contenu éditorial par le biais de ressources financières, de pressions politiques directes ou indirectes et/ou d’un contrôle sur la production et la distribution.”

Des différences de traitement ?

Après avoir pris connaissance de cette nouvelle mesure, certains internautes se sont interrogés. Ils reprochent au réseau d’étiqueter seulement certains comptes. Pour exemple, ce drapeau ne s’affiche pas sur certaines chaînes comme France 24, la BBC ou encore la chaîne AJ+. Cependant, si des médias reçoivent des subventions d’un Etat tout en conservant leur indépendance éditoriale, cette mesure ne les concerne pas. Cette mesure touche certaines personnalités politiques. Mais d’autres non. Cet étiquetage ne concerne pas les comptes des chefs d’Etats, ni celui de certains ministres, comme Florence Parly.

D’autres mesures sont à venir :

Pour le moment, seul 5 pays sont concernés. Mais d’autres mesures sont prévues dans le but de limiter l’influence de ces médias. Par ailleurs, si ces comptes étaient amenés à user d’algorithmes, ils seraient alors pénalisés et ne seraient plus mis en avant.

Cette intervention s’inscrit dans l’objectif, pour Twitter, de conserver sa réputation et de garantir l’authenticité des échanges. Après la polémique de l’élection présidentielle américaine de 2016, des craintes concernant une possible influence depuis l’étranger ne cessent d’affluer au sujet du scrutin de 2020. C’est pourquoi, les différentes plateformes multiplient les initiatives pour éviter toute influence. En juin, Facebook avait agit dans cette même perspective en marquant des comptes contrôlés par des Etats en leur interdisant de faire de la publicité.

A lire aussi : La nouvelle fonctionnalité de WhatsApp contre les fake news, une fausse bonne idée ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Narcos : Mexico est renouvelée pour une saison 3 par Netflix

À la uneFranceInternational

Escalade des tensions Franco-Turques après la publication d'une caricature d'Erdogan

À la uneEmissionsLes Prolongations

Les Prolongations #61

À la uneMédias

Eurovision Junior : "Move the world" le 29 novembre 17h sur France 2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux