ActualitéInternationalSport

5 événements qui ont marqué l’Histoire des Jeux olympiques

Jeux olympiques

À l’approche des Jeux olympiques (JO) de Paris 2024 , excitation et inquiétudes se font ressentir. Retour sur cinq événements qui ont marqués l’Histoire des Jeux.

Lancés en l’an 776 av.JC, les Jeux olympiques sont avant tout des Jeux Antiques, en référence à l’époque qui les a vus naître. Interdits et suspendus pendants des centaines d’années, c’est en 1896 que la compétition reprend vie. L’acteur, Pierre de Coubertin, l’inventeur des Jeux modernes. Il va même, à cette occasion, créer le Comité international olympique (CIO). Depuis, les Jeux olympiques ont connus un grand nombre de rebondissements.

Jesse Owens aux Jeux de Berlin

Dans les années 1930, l’Europe est alimentée par la propagande nazie. Adolf Hitler, chancelier allemand, envisage d’utiliser les Jeux olympiques de Berlin en 1936 pour promouvoir son autorité. Le temps des Jeux, le führer camoufla son programme antisémite et autorisa un assouplissement des activités anti-juive. Son but, impressionner les visiteurs étrangers. Cette stratégie lui a permis de dévoiler une imagine pacifique et tolérante de l’Allemagne. Si la cérémonie d’ouverture s’était déroulée selon ses attentes avec un relais de la Flamme olympique, ses plans ont été contrariés.

Ce n’est pas un Allemand de la « race aryenne » qui a été mis à l’honneur mais un athlète afro-américain. Devant plus de 100 000 spectateurs présents, Jesse Owens éclipse les performances attendues. Face à l’athlète renommé Luz Long, le sportif de 23 ans remporte 4 médailles d’or. L’une d’entre elles est issue de sa victoire à l’épreuve de saut en longueur dont sa performance est restée inégalée pendant un quart de siècle. Sous les yeux d’Hitler, l’image de l’étreinte des deux sportifs, après la victoire de l’américain, reste mémorable. Un geste qui reste loin des intentions du dictateur.

Points levés aux Jeux de Mexico

Dans un climat politique tendu de 1968, les Jeux olympiques de Mexico sont sur le point de débuter. En plein milieu de la ségrégation raciale aux Etats-Unis, et peu de temps après l’assasinat de Martin Luther King, les athlètes noirs américains sont encouragés à boycotter les Jeux. Pourtant, deux noirs américains, Tommie Smith et John Carlos, participent et remportent deux médailles à l’issue du 200m. L’un portera une médaille d’or et l’autre une médaille de bronze.

Ensemble, ils décident de saisir cette opportunité pour protester pacifiquement en faveur de leurs droits. Sur le podium, au moment où retentit l’hymne américain et s’élève le drapeau du pays, les deux athlètes baissent la tête et lèvent leur poing ganté de noir. Par ce signe de protestation, les deux sprinters affichent leur soutien au mouvement antiségrégationniste américain des Black Panthers. Un geste qui leur coûtera cher, signant la fin de leur carrière.

A leurs côtés, sur la deuxième marche du podium, se trouve l’Australien Peter Norman. Ce dernier apporte son soutien au mouvement en arborant sur sa veste des badges de l’Olympic Project for Human Rights, en français « projet olympique pour les droits de l’Homme ».

Bien que cette image soit devenue emblématique et demeure l’un des moments les plus marquants de l’Histoire olympique, Smith et Carlos ont été bannis à vie des Jeux par le Comité international olympique pour leur geste symbolique.

Septembre noir aux Jeux de Munich

Le 5 septembre 1972, lors des Jeux olympiques de Munich, 11 athlètes israéliens sont pris en otage par un commando palestinien. A l’origine de cette attaque, l’organisation palestinienne Septembre noir. Si deux membres de la délégation israélienne sont tués au village olympique même, neuf autres sont séquestrés par les terroristes. Ces derniers légitiment leur acte en réclamant la libération de prisonniers arabes détenus en Israël. Après des heures de négociation, les terroristes emmènent les otages à l’aéroport de Fürstenfeldbruck, où un avion en direction du Caire les attendait.

Malgré une tentative de sauvetage menée par la police allemande, la situation dérape : tous les otages perdent la vie et cinq des huit terroristes meurent. Le 6 septembre, au lendemain du drame, un hommage est rendu aux victimes. Dans le stade olympique de Munich, une cérémonie est organisée à la mémoire des 11 athlètes israéliens.

Suspendus pendant 24 heures, les Jeux finiront par reprendre leurs cours, une décision qui suscite de vives réactions.

À lire aussi : C’était en 1972… la prise d’otage des Jeux Olympiques de Munich

Les deux Corées unies aux Jeux de Sydney

En l’an 2000, Sydney accueille à son tour les Jeux olympiques. Depuis la division de la Corée par les États-Unis et l’Union soviétique en 1945, des tensions émergent entre les deux pays. Pourtant, 15 ans plus tard et trois mois après le premier sommet inter-coréen, la Corée du Nord et la Corée du Sud choisissent de s’unir et de défiler ensemble. C’est sous un même drapeau et dans des uniformes identiques qu’ils marcheront collectivement lors de la cérémonie d’ouverture. Le drapeau présenté laissait apparaitre une péninsule coréenne unifiée de couleur bleue sur un fond blanc. Une image rare qui marqua les esprits.

Dès lors, les deux Corées avaient pris l’habitude de défiler ensemble pour les principales compétitions sportives internationales. Un moment qui rappelle l’importance de l’unité et de la paix dans le sport. Mais aujourd’hui, entre Pyongyang et Séoul, le divorce est consommé et le dialogue enterré.

Le Covid-19 touche les Jeux de Tokyo

L’année 2020 a été victime d’une pandémie. Cette année là, les Jeux olympiques se déroulaient au Japon. En raison de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre japonais demande le report des Jeux d’un an. Ces derniers sont décalés et se déroulent en juillet et août 2021. Mais le nom de l’évènement reste le même : « Jeux olympiques de Tokyo 2020 ». Un premier report dans l’Histoire des JO tandis que les Jeux de 1916, 1940 et 1944, durant les guerres mondiales, avaient été annulés.

En 2021, la sécurité sanitaire n’est toujours pas garantie, et le Comité d’organisation des Jeux olympiques demande la tenue des Jeux à huit clos, sans spectateurs. La flamme qui n’a pas pu voir aboutir son relais dans de bonnes circonstances arrive le 09 juillet dans un stade vide. Des mesures inédites qui reflètent la période d’isolement vécue par le monde entier .

À lire aussi : Jeux Olympiques 2024 : quel est le rituel d’allumage de la flamme olympique ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

ActualitéSéries Tv

Fiction française : quel est notre bilan de la saison 2023-2024 ?

ActualitéSportTennis

5 champions ou championnes de tennis qui n’ont jamais gagné Roland-Garros

ActualitéFrancePolitique

5 coups d'éclat des députés de "La France Insoumise"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux