À la uneActualitéInternational

Un officier israélien abat un ado palestinien dans le dos

De nombreux témoins rapportent que Mohammed Kasbeh, un adolescent palestinien de 17 ans, a été tué vendredi au checkpoint de Kalandia entre Israël et la région de Ramallah alors qu’il essayait de s’enfuir. Cette version semble concorder avec l’examen médical sur son corps.

Les médias israéliens se sont immédiatement emparés de l’affaire, d’une part à cause de l’ancienneté de l’officier, le commandant de brigade Col Yisrael Shomer, et d’autre part en raison du soutien que ce dernier a reçu de la part de membres du gouvernement israélien.

La tuerie a également pris de l’ampleur puisque deux des frères de Mohammed — âgés de 11 et 15 ans —furent tués pendant la seconde Intifada, tandis qu’un troisième frère avait survécu après avoir essuyé des tirs.

corps de Mohammed porté par des palestiniens - Crédit : theguardian.com

Corps de Mohammed porté par des Palestiniens – Crédit : Emad Drimly/XinhuaPress/Corbis

Deux versions des faits

D’après l’armée israélienne, alors que le véhicule se faisait bombarder de pierres, Shomer serait sorti de sa voiture, et craignant pour sa vie, aurait abattu l’un des lanceurs de pierres.

Cependant, plusieurs témoins oculaires palestiniens rapportent une version autrement différente : ils affirment que le véhicule israélien se serait arrêté sur le côté de la route et que deux ou trois soldats en seraient sortis. « Il y en avait deux avec des casques et un soldat sans casque » Ceux-ci auraient commencé à pourchasser les jeunes qui s’enfuyaient sur quelques mètres, avant que Shomer ne sorte également, vise, et tire sur Mohammed à plusieurs reprises dans le dos alors que l’adolescent courait. Shomer se serait alors approché de Mohammed, l’aurait frappé/poussé avec son pied avec de repartir dans sa voiture.

Aucun des officiers présents dans la voiture n’a été blessé.

Un rapport médical obtenu par le Guardian décrit que le jeune homme s’est fait tirer dessus dans le dos.  Une seconde balle est entrée par le côté de sa bouche, se logeant dans sa mâchoire.

 

Des Palestiniens marchent le long du mur de séparation cisjordanien près du checkpoint de Calandra où a eu lieu la tuerie. Crédit : Alaa Badarneh/EPA

Des Palestiniens marchent le long du mur de séparation cisjordanien près du checkpoint de Calandra où a eu lieu la tuerie. Crédit : Alaa Badarneh/EPA

L’utilisation d’une force dispropotionnée ne sera pas sanctionnée mais tolérée

L’Israel Defence Force (IDF), l’autre nom de l’armée israélienne, a refusé de répondre à des questions spécifiques relatives à l’incident mais a préféré déclarer que « Le commandant et ses forces, qui étaient sur le chemin du carrefour de Qalandiya, ont été attaqué par un certain nombre de palestiniens lançant des pierres sur leur véhicule à faible distance. Le commandant, craignant un lynchage qui aurait mis ses subordonnées et lui-même en danger de mort, est sorti de son véhicule et a appliqué la procédure standard d’appréhension des suspects. Des enquêtes de police militaire sont automatiquement ouvertes pour tous les incidents résultants dans des morts en Cisjordanie ».

Sarit Michaeli, membre de B’Tselem a ajouté que « le principal problème pour nous est que cette action par le plus haut-gradé de la région — soutenu par les commandants militaires — suggère que l’utilisation d’une force dispropotionnée ne sera pas sanctionnée mais tolérée. Et c’est très dangereux ».

 

Related posts
À la uneActualitéCultureSport

Longines Grand Prix De Paris : tout simplement historique

À la uneActualitéBrèves

Mai 2020 : Une ferme en hauteur en plein Paris ?

À la uneActualitéFrance

Grève: Nombreuses perturbations sur Paris

À la uneBrèvesSéries Tv

Golden Globes 2020 : les nominations de la 77ème édition

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux