À la uneSéries Tv

Avez-vous remarqué ? Le chalet (France 2) a un générique qui évolue au fil de la saison

Parmi les éléments qui ont marqués les spectateurs de la série Le Chalet (France 2), il y a sa comptine macabre en guise de générique. Mais avec vous remarqué que le générique de la série évolue au fil de la saison ?

C’est quoi Le chalet ?  Eté 2017 : Enceinte de trois mois, Adèle doit changer d’air. Ça tombe bien. Le hameau de Valmoline, au fin fond des Hautes-Alpes, est le haut lieu d’enfance de Manu, son compagnon. Le Chalet des Glaces les attend. Ils ne le savent pas encore, mais ils ne seront pas seuls pour l’été. Eté 1997 : Jean-Louis Rodier, sa femme Françoise, et leurs deux enfants, s’installent au Chalet des Glaces. Une nouvelle vie commence pour eux. Eté 2017 : Valmoline : Six habitants. Treize invités. A peine ont-ils passé le pont, qu’un énorme rocher fracasse l’ouvrage, écrasant un homme ligoté en contrebas… Le village est isolé. Le massacre peut commencer.

Une comptine macabre pour ouvrir chaque épisode de Le chalet sur France 2. Une voix d’enfant qui égraine une chansonnette glaçante, créée par Samuel Hercule :

Comptez jusqu’à 3 Messieurs Mesdames 
Et l’un de vous disparaîtra, jamais on le reverra
Entrez dans la ronde, méfiez vous du monde
Cachez vous vite avant qu’il n’attaque … 1, 2, 3
N’attaque … 1, 2, 3
Comptez jusqu’à 3 Messieurs mesdames. 1, 2 ...”

Mais dès l’épisode 5 de lundi, la chanson évolue et change à la fin écoutez bien :

Entrez dans la ronde, méfiez vous du monde
Cachez-vous vite avant le massacre … 1 , 2 , 3

Mais si vous prêtez bien attention aux images du générique, elles évoluent à mesure que l’intrigue avance et que le massacre se produit dans le village (et dans le passé).

Dans le générique, le village de Valmoline est reconstitué en petites maquettes et les personnages en petits santons. Mais regardez bien, plus on avance dans la série et plus un torrent de sang coule le long des rues.

Episode 1

Episode 4

Outre le fait de présenter le cadre de l’action et le type de série (thriller ici), ce générique nous donne aussi une indication sur la manière dont la série construit sa narration : rien n’est mâché au public dans Le chalet. La narration volontairement décousue oblige à ne pas détourner son attention de l’action, et à surveiller le moindre détail. Une technique pas nouvelle pour fabriquer les génériques et que l’on peut observer dans Game of Thrones.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

À la uneFrance

Un homme de 88 ans flashé à 191 km/h au lieu de 110

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux