Santé

La chronique du sophrologue scolaire Gilles Payet #1

Chaque jeudi dans « A Votre Santé » sur VL (19h-20h), Gilles Payet, sophrologue scolaire, répond aux questions de Sabrina Perquis et conseille les jeunes dans leur quotidien (gestion du stress, confiance en soi, sommeil…). 

Sabrina Perquis : Bonjour Gilles, aujourd’hui vous répondez à la question d’Alice qui un problème de sommeil.

Alice est étudiante en 1ère année de médecine et a un mal fou à s’endormir le soir après une journée passée à travailler dur, souvent une dizaine d’heure. Et lorsque vient le moment de se coucher, le cerveau tourne en boucle pendant une à trois heures. Et du coup Alice est fatiguée et commence à stresser fortement à l’approche de son concours en décembre.

Que pouvez-vous conseiller à Alice ?

Gilles Payet : Le premier point Alice c’est peut-être d’envisager dans les deux dernières heures de travail, de 20h00 à 22h00 d’avoir un programme qui mobilise de façon moins intense votre cerveau.

Comme une lecture complémentaire d’une leçon mais sans chercher à la mémoriser à tout prix. Ou une relecture au calme d’une leçon apprise la veille ou dans la matinée.

Vous pouvez aussi, en laissant de côté vos leçons – en les rangeant, même – vous installer dans un espace confortable – un fauteuil ou un canapé – ou pourquoi pas allongée sur la moquette – et pendant quelques minutes essayer de vous remémorer les principales informations apprises dans la journée. Ce rituel peut constituer un signal à votre cerveau qui lui dit que le travail se termine.

SP : L’idée c’est de baisser d’intensité, c’est bien ça ?

GP : Oui tout à fait. L’idée Alice c’est vraiment de vous déconnecter progressivement. Comme un avion en phase d’atterrissage. Vous êtes encore dans les airs mais vous ne volez plus à 900 km heure. Vous dé-cé-lé-rez avant de vous arrêter sereinement sur la piste. Et la piste c’est votre lit avec la promesse un sommeil profond et réparateur !

SP : Alors justement Gilles, une fois qu’on a stoppé le moteur des révisions, une fois dans son lit est ce que vous auriez un « conseil sophro » à donner à Alice pour mieux s’endormir ?

GP : Oui je peux vous donner un exercice qui fonctionne très bien dans cette situation où vous devez favoriser votre endormissement après une activité intellectuelle intense.

L’idée est la suivante : vous allez – dans votre lit – les yeux fermés – utiliser votre souffle – les inspirations et les expirations – comme un pinceau mental. Et vous allez avec ce pinceau dessiner des chiffres à l’inspiration et penser à relâcher votre corps à l’expiration.

Vous êtes prêt à faire la séance ?

OK ?

Bon c’est parti.

Je vais vous demander de prendre une position confortable sur votre chaise ou à l’endroit dans lequel vous êtes actuellement. Les pieds posés à plat sur le sol. Les bras relâchés. Et je vous invite à fermer les yeux et à porter votre attention sur votre respiration.

Prenez maintenant une lente et profonde inspiration tout en dessinant mentalement le chiffre « 1 ». Puis à l’expiration pensez à relâcher tout votre corps.

Prenez à nouveau une lente et profonde inspiration, en dessinant le chiffre 2, puis à l’expiration pensez au moment « relâchement ».

Inspirez lentement et profondément, en dessinant le chiffre 3, puis à l’expiration, pensez au mot « lâcher prise ».

Prenez une dernière inspiration, lente et profonde, en dessinant le chiffre 4. Puis à l’expiration, en soufflant par la bouche lentement et profondément, pensez au mot sommeil.

Voilà pour cet exercice court. Vous pouvez rouvrir les yeux. Comment vous sentez-vous ?

 

Related posts
À la uneActualitéFootFrancePolitiqueSantéSociétéSport

Alcool dans les stades : vers une interdiction dans les loges ?

ActualitéFranceSantéSociété

Bébés sans bras : une famille dépose plainte contre X

À la uneActualitéFranceSantéSociété

« Cendriers sondages » : pourquoi pas jeter son mégot en votant à Paris ?

À la uneActualitéFaits DiversInsoliteInternationalSanté

Etats-Unis : elle pensait avoir des “calculs rénaux”, elle accouche de triplés

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux